Une résidence de Compton cernée par des murs de glace

Il aura fallu moins d'une demi-heure à la rivière Moe pour que le niveau ne s'élève d'une dizaine de pieds avant de recracher sur les berges des murs de glace, envahissant le sous-sol d'une résidence riveraine dont la remise s'est arrêtée à tout juste sept pieds du bâtiment principal.
«J'étais sur le balcon lorsque l'embâcle a lâché et je voyais la remise se rapprocher de la maison sans qu'on ne puisse rien faire », raconte Chantal Lambert, encore visiblement sous le choc d'un cauchemar qui aurait pu selon elle être bien pire.
« Je crois que ce sont les arbres qui ont contribué à freiner la poussée des glaces, sinon c'est certain que la maison y passait. La nature a une façon bien à elle de s'exprimer. »
Bien que les propriétaires soient pleinement conscients que leur résidence est aménagée en zone inondable, à la limite d'une zone 0-20 ans, nombreux sont les témoignages de voisins et résidents de longue date qui avouent n'avoir jamais rien vu de tel de toute leur vie.
Textes complets dans La Tribune de mercredi.