Une offre majeure pour les employés de Cascades

Une offre majeure a été présentée dimanche soir aux employés de Cascades East Angus, réunis en assemblée syndicale.
<p> Éric Huppé</p>
Un groupe d'investisseurs privés, le gouvernement du Québec ainsi que le fonds d'action de la CSN seraient intéressés à investir dans l'usine. C'est Gino Lévesque, ancien directeur de division, qui pilote le dossier. «Il a présenté un plan de relance à la demande des actionnaires pour pouvoir attacher le processus», explique le président du Syndicat des travailleurs des pâtes et papiers Éric Huppé.
Les employés ont donc voté sur ce plan de relance, mais également sur une nouvelle convention collective, puisque la leur est échue depuis septembre 2012. Si celle-ci est approuvée, les employés devront vraisemblablement faire des concessions majeures. «La grosse perte, c'est qu'on perd notre régime de retraite à prestations déterminées, qui serait remplacé par un REER collectif», indique M. Huppé.
Les employés ne semblent pas avoir réellement de marge de manoeuvre, puisque le fait de voter contre la proposition reviendrait pratiquement à fermer l'usine tout simplement. «C'est la seule offre sérieuse qu'on a eue», confirme M. Huppé. «On n'a pas vraiment le choix, c'est ça ou on perd notre job», estimait d'ailleurs Kevin Paquin, l'un des travailleurs de l'usine, qui indiquait qu'un appui fort des travailleurs au plan de relance pourrait motiver les actionnaires à investir.
Les travailleurs pourraient toujours investir dans le projet par le biais d'une coopérative, comme il en a été question au cours des derniers mois. Cependant, la coopérative ne pourrait pas supporter l'ensemble du poids des investissements seule.
Hier, certains syndiqués ont quitté le lieu de la rencontre en se disant trop en colère pour commenter la situation; d'autres semblaient plutôt résignés. Autour de 70 personnes étaient présentes. Un autre vote se tiendra aujourd'hui pour les membres du Syndicat des travailleurs des pâtes et papiers, et le Syndicat des employés de bureau votera pour sa part mercredi. Les deux syndicats de l'usine totalisent approximativement 180 personnes.
Cascades ne fera pas partie des actionnaires qui investiront dans l'usine, indique Éric Huppé.