Une nouvelle phase de nettoyage chez Conteneurs Rock Forest

La deuxième phase d'élimination des matériaux accumulés sur les terrains de l'entreprise Conteneurs Rock Forest se mettra bientôt en branle. Le processus d'appel d'offres ayant pris fin récemment, le Ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Changements climatiques (MDDECC) octroiera sous peu le contrat de nettoyage.
Cette deuxième phase vise la revalorisation et le recyclage des matières qui se trouvent toujours sur le site, explique Daniel Messier, porte-parole du MDDECC en Estrie.
«Nous retrouvons du bois, du ciment, du plastique et du bardeau d'asphalte notamment. Certains matériaux sont déjà triés, mais d'autres ne le sont pas et devront être éliminés parce qu'ils ont commencé à se dégrader ou parce qu'ils ne sont plus valorisables», ajoute M. Messier.
On estime la quantité de matières à retirer du site à environ 43 000 tonnes.
«Quand la deuxième phase sera terminée, nous évaluerons la pertinence d'effectuer une caractérisation des sols et des nappes souterraines pour voir s'il est nécessaire de décontaminer. Ce sont les matériaux de la première phase qui présentaient les plus grands risques de lixiviation et de contamination du sol.»
La première phase des travaux s'était terminée le 25 janvier dernier, selon les échéanciers. Si on prévoyait la quantité de matières résiduelles ultimes à éliminer à 18 500 tonnes, ce sont plutôt 31 000 tonnes qui ont été retirées du site par l'entreprise Sanexen Services Environnementaux.
Ces matières étaient celles ne pouvant être recyclées ou valorisées. La valeur des travaux était estimée à 1,6 M$.
Le MDDECC était présent sur le site pour assurer un suivi pendant les travaux. Il compte procéder de la même manière pour la deuxième phase.
Le coût total des activités de nettoyage est évalué à 6 M$. «Nous considérons toujours que le coût devrait être assumé par Conteneurs Rock Forest.» Des procédures légales ont d'ailleurs été entamées pour permettre la récupération de ces sommes. Le Ministère a notamment fait inscrire une hypothèque légale sur le terrain.