Une marche contre la «destruction des services publics»

S'opposant à une « destruction des services publics », les employés du Cégep de Sherbrooke ont participé à une marche funèbre, mardi. Il est faux de penser que les coupes n'auront pas d'impact sur le personnel et les étudiants, plaident les syndicats de l'établissement.
« On a perdu 10 % de l'effectif depuis un an, soit environ 16 postes », commente la présidente du Syndicat du personnel de soutien, Lucie Bouffard. « On ne peut plus couper. Du gras, il n'y en a plus », fait-elle valoir.
L'instance syndicale représente environ 140 membres réguliers. Ceux-ci se réuniront en assemblée générale le 22 septembre afin de se prononcer sur le mandat de grève de six jours qui est proposé à l'ensemble du front commun, qui regroupe environ 400 000 employés de l'État.
Le « cortège funèbre » s'est mis en branle devant le pavillon quatre du Cégep de Sherbrooke, sis rue Kennedy Nord. Les syndiqués ont ensuite emprunté la rue Terrill pour se rendre près du Centre d'activité physique (CAP).