Une exposition sur une page d'histoire peu glorieuse

La Société d'histoire de Sherbrooke sera en mesure de présenter à compter du 10 mars, et pendant cinq semaines consécutives, l'exposition itinérante basée à Vancouver portant sur « Les ennemis étrangers : l'internement des réfugiés juifs au Canada 1940-43 ».
Il semble que le montage financier pour réaliser le projet a pu se concrétiser, mais l'ensemble des détails sera présenté dans le cadre d'une conférence de presse dont la date reste à confirmer.
Les préparatifs et les démarches en vue de mettre la main sur l'exposition créée par le « Vancouver Holocaust Education Centre » sont en cours depuis plusieurs mois. L'exposition s'arrête sur une page d'histoire pas très glorieuse pour le Canada, concernant l'internement de réfugiés juifs originaires d'Allemagne et d'Autriche et fuyant la botte nazie, au début de la Seconde Guerre mondiale : les autorités gouvernementales doutaient de leur loyauté et craignaient qu'ils s'adonnent à de l'espionnage.
Quelque 2400 d'entre eux, refoulés d'abord en Grande-Bretagne, se sont retrouvés captifs comme des prisonniers, dans des camps au Canada, dont un à Sherbrooke. Il s'agissait du camp Newington, aménagé à la hâte dans les installations du Quebec Central Railway, là où on retrouve aujourd'hui le Centre de détention de Sherbrooke, rue Talbot.
Un espace à même l'exposition venant de Vancouver sera réservé pour faire revivre l'histoire du camp Newington.