Une contrainte n'est pas un risque

J'étais curieux de savoir s'il n'y avait qu'à Sherbrooke que les prêteurs et les assureurs étaient devenus frileux en voyant apparaître sur des cartes de la Ville les zones potentiellement à risque de glissements de terrain. Si, m'a-t-on confirmé hier au ministère de la Sécurité publique, à Québec.
Une contrainte n'annonce pas un risque imminent, elle vise simplement à prévenir les complications, m'a-t-on du coup expliqué. Alors, aidons nos banquiers à raisonner aussi bien qu'ils savent compter.
     À lire dans La Tribune de vendredi.