Un projet «d'événements de sports motorisés» inquiète à Potton

Un projet de règlement municipal visant à permettre la tenue « d'événements de sports motorisés » dans une ancienne gravière crée du mécontentement parmi la population du canton de Potton et des inquiétudes chez les environnementalistes.
Le projet de règlement à l'étude à Potton rendrait par exemple possible la présentation de courses de motoneiges ou de motocross dans une portion de la zone RF1 de la municipalité.
« On veut ouvrir la porte à la tenue de quatre événements de sports motorisés de trois jours tous les ans. On pense que la zone RF1 est le meilleur endroit pour organiser ce type d'activité sur le territoire de notre municipalité », indique le maire de Potton, Louis Veillon.
Ce dernier sait fort bien que la gravière où se dérouleraient les événements se trouve tout juste à côté de la réserve naturelle des Montagnes-Vertes, mais il ne s'en formalise pas.
« Après tout, on n'est pas dans la réserve naturelle, mais à côté. Et puis vous savez, une gravière a longtemps été en opération à cet endroit, sans compter qu'un club de motoneiges a utilisé les lieux durant des années. Ce n'est donc rien de nouveau dans cette partie-là de la municipalité », fait valoir Louis Veillon.
Celui-ci ajoute par ailleurs que des citoyens de sa municipalité ont le sentiment d'avoir perdu l'accès à un territoire propice à bon nombre d'activités quand la réserve naturelle a vu le jour.
« Ces montagnes sont là pour tous, mais on n'a plus le droit de passer avec un chien ou en vélo de montagne. On désire négocier de nouveaux droits de passage. Je suis 100 pour cent pour la conservation de la nature. Par contre, il faudrait de l'ouverture de la part de tout le monde. »
La directrice générale de l'organisme Corridor appalachien, Mélanie Lelièvre avoue que le projet de règlement la préoccupe. « La parcelle de terrain dont on parle est pratiquement enclavée par la réserve naturelle. On pense que des espèces animales pourraient être dérangées. Ce sont des événements extrêmement bruyants qui se tiendraient là », explique-t-elle.
Avant les élections de novembre dernier, la municipalité paraissait être une alliée de Corridor appalachien, qui gère la réserve des Montagnes-Vertes. Potton envisageait notamment la création d'une « zone tampon » autour de l'aire protégée.
« Nous souhaitons avoir prochainement une discussion de fond avec le maire et le conseil municipal. Le maire actuel ne semble pas avoir compris le concept des aires protégées. On est en 2014. Il y a des enjeux de biodiversité », lance Mme Lelièvre.
La directrice générale du Corridor appalachien précise cependant que l'opposition au projet de règlement provient principalement de la population locale. « Plusieurs citoyens sont excédés par le passage des motoneiges dans leur secteur », note-t-elle.
« Ce qu'on observe dans le fond, c'est une mentalité de pas dans ma cour », estime M. Veillon, tout en se disant prêt à des compromis.