Un prix Nobel sherbrookois

Né à Montréal, peut-être mais Sherbrookois, certainement. Le Prix Nobel de médecine remis, lundi, au Dr Ralph Steinman a des retombées jusqu'à Sherbrooke car ce médecin et chercheur a effectivement grandi à Sherbrooke avant de poursuivre ses études universitaires à Montréal et en Nouvelle-Angleterre où il s'est définitivement établi.
Si sa biographie dit que le Dr Steinman est né à l'hôpital Royal Victoria, à Montréal, le 14 janvier 1943, son oncle et ancien «babysitter», Sonny Steinman, signale que c'est à Sherbrooke que le second des quatre enfants d'Irving et de Netti Steinman a vécu toute sa jeunesse.
Irving Steinman avait choisi Sherbrooke pour y établir son commerce de vêtement. Le Mozart's Department Store était situé sur la rue Wellington Nord, près de la rue Frontenac. Il a été vendu par la suite à la famille Setlakwe.
Ralph Steinman a fait ses études au Mitchell Elementary School et au Sherbrooke High School.
«Pour l'examen final, il y avait 1600 élèves à travers le Québec. Ralph a terminé deuxième sur les 1600, à des dixièmes de point du meneur», a rapporté l'oncle qui, avec son épouse, est le seul Steinman encore présent à Sherbrooke.
Il décrit le Dr Steinman comme quelqu'un de «doux, de très compréhensif et très humain».
Il aurait pu rajouter qu'il était aussi doté d'un fort caractère. Sur Wikipedia, on apprend qu'à sept ans, il a voulu faire une fugue vers Montréal où vivaient ses grands parents. Le laitier ou le facteur, l'ayant reconnu sur la route, l'aurait ramené à la maison.
On apprend également qu'un été, il a été envoyé en camp de vacances contre son gré. Lorsque ses parents sont allés le visiter, il aurait refusé de leur adresser la parole, restant muet durant toute leur visite.
À l'école de la rue Ontario qui regroupait autrefois le primaire et le secondaire et qui, aujourd'hui, est l'école primaire Sherbrooke, la directrice, Peggy McCourt, ne cache pas la fierté de l'établissement de compter M. Steinman parmi ses anciens.
«On le dira à nos élèves pour qu'ils le prennent en exemple et sachent qu'on peut réussir de grandes choses dans la vie, peu importe d'où l'on vient», a-t-elle lancé.
Tous les détails dans La Tribune de mercredi.