Le défi de préparer ce canard aux quetsches et champignons était un peu plus ardu que les tâches culinaires qu'on nous avait confiées précédemment. La présentation dans l'assiette avait toutefois été laissée à des professionnels.

Un petit canard avant de partir?

L'aventure en France se termine pour les huit blogueurs invités qui avaient été répartis dans quatre villes à travers le pays. Pour la dernière journée, nous avions tous été rapatriés à Paris pour une dernière surprise gastronomique.
En gros, on me donnait une dernière chance de foutre le feu dans une cuisine. Et pas n'importe laquelle. Celle du Cordon bleu, la plus vieille école de cuisine de Paris. Elle fête cette année ses 120 ans et compte parmi ses élèves les plus célèbres la cuisinière Julia Child. Tu connais pas? Et le film Julie et Julia? Avec Meryl Streep? Quand on parle de Meryl Streep, on sait que c'est du sérieux...
Nous avons donc marché dans les pas de Julia Child, dans une école qui compte 50 succursales réparties dans 20 pays. Les élèves viennent pourtant de 90 pays différents pour prendre des cours à cet endroit. On compte d'ailleurs un Cordon bleu à Ottawa.
Nous avons rapidement été mis à l'ouvrage pour préparer des plats qui provenaient des quatre villes représentées dans l'aventure : Bayonne, Bordeaux, Nantes et Mulhouse. Dans mon cas, il fallait servir des magrets de canard aux quetsches et aux champignons, avec des pommes de terre fondantes. On ne rit plus.
On remarque que les quetsches nous on suivis tous les jours depuis notre arrivée. Et si on nous a fait cuisiner des tartes dans les jours précédents, cette fois-ci, c'était du sérieux. Nos coéquipiers ont flambé le foie gras ou servi des crevettes des pays basques.
En vérité, il nous a été permis de mettre le feu. Pour préparer la sauce accompagnant notre canard, nous avons fait flamber l'eau de vie et le vin que nous avions versés dans la préparation. Je dois l'avouer, on ne m'a pas laissé jouer avec. Je présume qu'ils avaient été informés de mes inquiétudes.
Enfin, pour clôturer le voyage, nous nous sommes rendus au Ciel de Paris, un restaurant au sommet de la Tour Montparnasse où on trouve paraît-il la plus belle vue sur la ville. Les mauvaises langues diront que c'est parce qu'on ne voit pas la Tour Montparnasse de là...
Fallait le dire, chaque fois que je suis allé à Paris, il y a eu des pépins avec la Tour Eiffel. Hier soir ne semblait pas faire exception. En fin de soirée, elle n'était pas illuminée. Vue sur Paris sans Tour Eiffel. Mince!
Sauf que la Tour s'allume finalement toutes les heures. Et à minuit, quand tout le monde commençait à somnoler, elle s'est mise à briller de tous ses feux. Magie. Nous sommes maintenant prêts à rentrer.
Suivez mes aventures au www.jonathancusteau.com
Notre journaliste a été invité par Atout France.