Un père incestueux en attente d'une peine d'emprisonnement

Un père incestueux de 68 ans de Sherbrooke sera condamné à une peine de pénitencier l'automne prochain.
<p>Me Benoit Gagnon</p>
L'individu a été reconnu coupable en janvier dernier de gestes d'inceste sur ses deux enfants entre 1973 et 1984. Sur sa fille, il a plaidé coupable à l'inceste, alors que sur son garçon, il a reconnu des gestes de grossière indécence.
Le juge Érick Vanchestein de la Cour du Québec a entendu jeudi au palais de justice de Sherbrooke les observations sur la peine des deux avocats au dossier qui ont suggéré des peines de détention dans une prison fédérale.
L'avocat de la défense, Me Benoit Gagnon de l'aide juridique, a suggéré une peine de trois ans de détention pour son client. La procureure aux poursuites criminelles, Me Laila Belgharras, a demandé au juge qu'une peine de cinq ans soit imposée au sexagénaire.
L'une des victimes dans cette affaire a reproduit des gestes d'inceste sur son propre garçon. Il a été condamné par le tribunal en 2014.
Le père incestueux demeure en liberté d'ici à ce que sa peine de pénitencier lui soit imposée.
Le juge Vanchestein rendra sa décision le 29 octobre prochain.