Bertrand Reulet

Un pas vers l'ordinateur quantique

Comprendre la mécanique quantique représente l'un des plus grands défis scientifiques de tous les temps. « Cette technologie créera une rupture qui transformera notre réalité bien plus que les plus créatifs d'entre nous pouvons l'imaginer aujourd'hui », image Jacques Beauvais, vice-recteur à la recherche, à l'innovation et à l'entrepreneuriat à l'Université de Sherbrooke (UdeS).
L'UdeS poursuit donc sur sa lancée et vient d'obtenir un financement de 462 698 $ du gouvernement du Québec pour financer l'achat d'équipements spécialisés pour la Chaire d'excellence en recherche du Canada sur le traitement de signaux quantiques. Le projet d'investissement est évalué à 578 000 $ au total.
L'équipe du professeur Bertrand Reulet, titulaire de la Chaire de recherche, contribue au projet mondial de construire des ordinateurs quantiques. Ceux-ci seraient beaucoup plus puissants que des ordinateurs conventionnels.
Pour créer le fameux ordinateur tant espéré, il y a toutefois des obstacles, comme les « imperfections » qui gênent la transmission du signal quantique. Le chercheur sherbrookois planche pour comprendre ce qui est qualifié de « bruit ».
Les nouveaux équipements permettront ainsi au professeur Reulet d'étudier à très basse température les mécanismes qui sont à l'origine du bruit électronique.
Nombreuses applications
La compréhension de la mécanique quantique ouvrira tout un monde de possibilités aux chercheurs. Bien qu'il soit encore impossible de déterminer quelles seront les applications, il est possible d'imaginer que l'ordinateur quantique changera bien des choses dans la vie quotidienne - et même dans la façon de travailler des chercheurs de demain. Prenons l'exemple de la pharmacologie.
« Avec l'ordinateur quantique, nous serions capables de prédire les propriétés d'une molécule. Nous pourrions aider à fabriquer de nouveaux médicaments sans avoir à faire des tas de tests. Actuellement, la façon de faire des recherches en pharmacologie, c'est qu'on essaie toutes sortes de voies jusqu'à ce qu'on en trouve une prometteuse. Alors si on peut aider les chercheurs à orienter leurs tests, c'est un gain important, ç'a un gros potentiel », explique Bertrand Reulet.
Cet investissement de près de 463 000 $ fait donc plaisir au député de Sherbrooke, Luc Fortin, qui représentait son collègue Jacques Daoust du ministère de l'Économie, de l'Innovation et des Exportations. « Sherbrooke est un véritable pôle régional pour la majorité des domaines de haute technologie. Le créneau d'excellence ACCORD consacré à l'industrie des systèmes électroniques du Québec augmente aujourd'hui ses perspectives de réussite grâce à des investissements comme ceux annoncés aujourd'hui. L'expertise de l'UdeS contribue à accroître notre présence sur la scène internationale dans des secteurs porteurs de notre économie », dit-il.