Un manque à gagner de 8,8 M$ au CHUS

Le Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CHUS) doit composer avec un manque à gagner de 8,8 M$. Le directeur général Stéphane Tremblay et le président du C.A. Jacques Fortier en ont fait l'annonce, jeudi matin, à l'issue de la rencontre du conseil d'administration.
<p>Stéphane Tremblay et Jacques Fortier</p>
Le budget entériné se chiffre à 476 M$, soit sensiblement le même que l'année dernière, totalisant 475 M$, malgré une croissance anticipée des coûts de 3 à 4 %.
Le directeur général du CHUS Stéphane Tremblay a dévoilé les moyens que l'organisation utilisera pour faire face au défi budgétaire. Il est notamment question d'un gel de l'embauche sauf pour le personnel de soins.
Il n'y aura pas d'augmentation d'espace ni de développement à court terme en matière de salles d'opération ou de cliniques externes, par exemple. Le CHUS cessera aussi l'essai de nouvelles fournitures médicales spécialisées et privilégiera l'utilisation de médicaments moins coûteux.
L'institution ralentira le nombre de projets de développement. Elle a par ailleurs d'ores et déjà créé un groupe d'intervention financière qui aura pour mandat de viser l'équilibre budgétaire.
Le Dr Tremblay assure que tout sera fait pour éviter les impacts sur les patients. La situation pourrait toutefois être problématique, assure-t-il, si elle devait se prolonger sur plusieurs années.
Le CHUS n'avait pas enregistré de déficit depuis le budget 2008-2009, année de l'inauguration du nouveau pavillon de l'Hôtel-Dieu.
C'est 75 % du budget qui est relié aux salaires des employés. Les salaires des médecins ne sont pas inclus, eux qui sont rémunérés par la Régie de l'assurance maladie du Québec.