Vincent Boulanger

Un Hells de Sherbrooke visé par la décision de la Cour suprême

La décision de la Cour suprême du Canada touche un seul individu en lien avec le chapitre de Sherbrooke des Hells Angels. Seul Vincent Boulanger apparaissait sur la liste des 31 intimés dont l'arrêt des procédures a été confirmé mardi par le plus haut tribunal au pays.
Michel Loubier était le second individu relié au chapitre de Sherbrooke qui n'avait pas été accusé de meurtre ou complot pour meurtre. Cepedant, Loubier est décédé en juin 2011, quelques jours seulement après que le jugement de première instance rendu par le juge James Brunton de la Cour supérieure l'ait libéré des accusations de complot pour trafic de stupéfiants, trafic de stupéfiants et gangstérisme.
Il faut comprendre que seuls les individus qui n'étaient pas accusés de meurtre avaient été libérés des accusations par le juge Brunton. Décision confirmée cette semaine par la Cour suprême.
Boulanger doit cependant toujours se défendre d'accusations portées à Sherbrooke à la suite de l'opération «kayak» menée en juin 2013. Le membre en règle du chapitre de Sherbrooke est accusé d'être à la tête d'un groupe d'une vingtaine d'individus accusés à divers niveaux de gangstérisme, de complot pour trafic de stupéfiants, de complot pour production de cannabis, de trafic de stupéfiants ou de possession de stupéfiants dans le but d'en faire le trafic.
L'enquête préliminaire des accusés a commencé en décembre au palais de justice de Sherbrooke et se poursuit en janvier 2014.
Texte complet dans La Tribune de jeudi.
Abonnement à la version électronique: