À nouveau cette année, la Ville injecte des fonds dans l'aéroport de Sherbrooke en espérant voir un transporteur aérien s'y installer avant la fin de l'année.

Un effort de 665 050 $ pour l'aéroport

La Ville de Sherbrooke poursuit dans la lignée de la campagne Entreprendre Sherbrooke et investit de manière à soutenir les entrepreneurs et la création d'entreprises.
À nouveau cette année, la Ville injecte des fonds dans l'aéroport de Sherbrooke en espérant voir un transporteur aérien s'y installer avant la fin de l'année.
« Ce sont 665 050 $ qui seront investis dans l'aéroport pour nous préparer à l'accueil de vols commerciaux. Les négociations avec l'agence de sécurité vont bon train. En début d'année nous pourrons avoir un modèle de financement des infrastructures et de la sécurité qu'on soumettra au conseil municipal. À partir de là, il y aura des démarches auprès d'entreprises de transporteurs aériens. On y croit », commente Bernard Sévigny.
« Dans l'axe du développement économique, l'objectif de la Ville est toujours de favoriser la création d'entreprises, la création d'emplois pour que nos jeunes puissent travailler à Sherbrooke plutôt que d'aller ailleurs. Nous avons un rôle à partager avec nos partenaires pour faire de Sherbrooke une ville entrepreneuriale », ajoute-t-il.
Ainsi la Ville participera donc à la campagne « D'Avenirs et de Passions » de l'Université de Sherbrooke pour un maximum de 6 M$ sur 10 ans.
« La campagne Entreprendre Sherbrooke doit être appuyée par des gestes. Il y a un de nos partenaires qui pose un geste significatif. Je crois que c'est la seule université au Québec qui est aussi audacieuse en prenant un virage entrepreneurial pour non seulement attirer des jeunes qui veulent créer une entreprise, mais qui vont sortir de l'université avec une idée d'entreprise. C'est un projet de 60 M$ sur dix ans et nous avons décidé d'être partenaires jusqu'à la hauteur de 6 M$ sur dix ans. C'est un choix que nous faisons. Un choix de nous appuyer sur la meilleure ressource pour développer l'entrepreneuriat parce que l'avenir économique passe par la création d'entreprises et la jeunesse qui créera des entreprises. »
En 2016, notre contribution sera de 350 000 $, pour atteindre un total de 3,5 M$ au bout de dix ans. Le reste sera versé en retournant 50 % des en-lieux de taxe sur les nouveaux bâtiments qui seront construits sur le campus. C'est un engagement significatif auprès de notre partenaire.
Deux autres investissements notables surviendront en matière de développement économique. Ce sont 500 000 $ qui sont investis à même le budget d'exploitation dans le projet de bâtiment multilocatif près du CHUS, un projet évalué à 4 M$. « Il y a aussi un budget récurrent de 112 000 $ pour faire fonctionner ce bâtiment un peu sous le modèle de l'incubateur, c'est-à-dire que la Ville y participe et ça devient un outil de développement économique. »
Enfin, 350 000 $ seront consacrés à rendre plus attrayants les terrains industriels. « Nous injecterons 350 000 $ pour la mise en valeur de ces terrains pour être encore plus compétitifs par rapport aux villes environnantes. Il s'agira en fait de mettre les terrains à niveau pour qu'ils soient prêts à la vente. Il s'agit essentiellement de l'aménagement de ces terrains. »