Le Musée Beaulne a récemment reçu un don unique, la collection Visages de chez nous de l'artiste photographe Bertrand Thibeault (au centre), accompagné ici de la donatrice du catalogue de la collection, Johanne Provencher, et de François Toé, directeur-conservateur du Musée Beaulne.

Un don aux 36 visages

Exposée pour la première fois au Musée Beaulne en 2010, la collection Visages de chez nous, du photographe Bertrand Thibeault, retourne au bercail pour y demeurer grâce à un don de l'artiste à l'institution muséale coaticookoise.
La collection comprend 36 portraits en noir et blanc de personnalités de tous âges et de tous les milieux de la communauté coaticookoise, accompagnée d'un catalogue, lui-même don de la mécène Johanne Provencher.
« Ma conjointe et moi sommes déménagés à Coaticook en 2002, raconte M.Thibeault. Nous avons vite pris conscience que, dans cettecommunauté que nous avions choisie, la population était très liée. C'est ce qui m'a inspiré cette collection. »
Le photographe a d'ailleurs pris soin d'accompagner chaque portrait d'un court texte reflétant la personnalité des sujets.
« Nous sommes très heureux d'accueillir cette collection, d'autant plus qu'il s'agit d'un type d'exposition qu'on ne voit que très rarement, confie François Toé, directeur-conservateur du Musée Beaulne. Une exposition qui magnifie les faits d'armes de personnages de Coaticook, de gens qui ont beaucoup fait pour leur communauté. Il était important de reconnaître et de célébrer ce patrimoine humain. »
Une fois cataloguée, la collection pourra être virtuellement consultée via le Réseau Info-Musede la Société des musées du Québec ou celui d'Artefacts Canada du Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Le Musée Beaulne y affiche d'ailleurs plus de 11 000 pièces de tous genres.
« La richesse de cette collection, c'est qu'elle permet de voir les gens au-delà de leur apparence, estime Johanne Provencher. Elle est un témoignage de notre milieu et, pour moi, il était primordial que l'on puisse en préserver une série complète quelque part. Aujourd'hui, je sais qu'elle est entre bonnes mains. »
mcarbonneau@latribune.qc.ca