Un accusé remis en liberté trahi par ses souliers

Un individu qui jouissait d'une remise en liberté, mais qui avait enfreint les conditions, a été trahi par ses souliers, mercredi à Magog. Jeudi, les agents de la Régie de police de Memphrémagog (RPM) ont procédé à l'arrestation du jeune homme de 23 ans à son domicile.
La veille, il s'était rendu chez une femme pour lui rendre visite, alors que ses conditions de remise en liberté l'interdisaient. C'est la mère de celle-ci, qui en arrivant sur place, a reconnu les souliers du suspect.
Elle s'est mise à sa recherche et l'a trouvé caché dans un placard, raconte Paul Tear, porte-parole de la RPM.
En septembre 2013, l'individu avait commis des voies de fait envers la femme. Le jeune homme avait été remis en liberté avec certaines conditions.
Il ne devait pas communiquer avec la victime et sa famille et de ne pas se rendre à cette adresse. Il a comparu jeudi après-midi au palais de justice de Sherbrooke et il restera détenu en attendant la prochaine étape des procédures criminelles.