Julien Lachance

Un accueil tiède pour la proposition de la conseillère Chantal L'Espérance

Si elle n'est pas accueillie dans de grandes effusions de joie, la proposition de la conseillère Chantal L'Espérance de fusionner les arrondissements de Brompton et de Saint-Élie est jugée acceptable par le porte-parole du Groupe contre la disparition de Brompton, Pierre Meese. Dans Saint-Élie, le conseiller Julien Lachance émet quant à lui des réserves.
Rappelons qu'en séance régulière du conseil municipal, lundi, Mme L'Espérance proposait sa version de la réforme de la gouvernance. Elle suggérait notamment de faire passer de 19 à 15 le nombre de conseillers en conservant quatre conseillers d'arrondissement.
« C'est particulier et inattendu comme proposition, commence Pierre Meese. Le jumelage serait plus évident avec Saint-Élie qu'avec Fleurimont, mais je ne pense pas que ce soit l'idéal non plus. Les gens de Saint-Élie seraient peut-être désavantagés à cause de leurs affinités plus naturelles avec Rock Forest et Deauville. Je trouve la proposition audacieuse. Je ne sais pas si le maire trouvera judicieux de défaire son arrondissement en pièces. »
S'il préférerait encore que Brompton conserve son statut d'arrondissement tel que défini à ce jour, Pierre Meese admet que si une fusion était vraiment nécessaire, la solution avancée par Mme L'Espérance pourrait être acceptable. « C'est beaucoup plus positif que les positions de MM. Sévigny et Rouleau. L'intérêt des agriculteurs pourrait être mieux défendu de cette façon. On garde espoir. Peut-être cela permettra-t-il de relancer le débat et de trouver des solutions. »
M. Meese admettait mardi ne pas avoir eu le temps de consulter la majorité de ses membres sur le sujet. «Si j'avais un choix à faire aujourd'hui, ce ne serait pas le choix que je ferais», dit le conseiller Julien Lachance.
Quant au conseiller Julien Lachance, il n'avait reçu que très peu de commentaires de ses concitoyens quant à cette nouvelle ébauche de réforme. « Je crois qu'il faut rester ouvert aux diverses possibilités. Je suis sceptique que ce soit la voie à privilégier parce que ça me semble un peu difficile d'application. Nous travaillons depuis la fusion à faire communauté plus large avec les citoyens de Rock Forest et Deauville et ça semble fonctionner. Serions-nous prêts à refaire le processus? Il faut voir ce qui nous unit à Brompton. Nous avons plusieurs terrains agricoles, mais peu de producteurs. Il y a aussi la distance géographique...
« Je ne veux toutefois pas rejeter la proposition du revers de la main. Si j'avais un choix à faire aujourd'hui, ce ne serait pas le choix que je ferais. À cette étape-ci, il reste qu'il faut garder l'esprit ouvert au conseil. Chaque proposition peut nous faire avancer. »