Grands et petits étaient au rendez-vous pour le Challenge du lac Brompton.

Tous sur le lac Brompton!

« C'est unique comme setup et on a ça dans notre cour... c'est sûr qu'on va en profiter! »
Pour la deuxième année consécutive, Martin Dion est allé samedi avec un groupe d'amis défendre les couleurs de l'équipe Boni-Soir Windsor au tournoi de hockey du Challenge du lac Brompton. « On est six chums et on se ramasse ici pour la journée. Le hockey, c'est juste une partie de ce qui se passe aujourd'hui! », s'exclame celui qui semblait avoir déjà hâte de profiter des autres activités offertes sur le site après le match.
Le site en question, c'est le lac Brompton, évidemment gelé. Entre les jeux gonflables, le bistro et les divers lieux de compétitions, certains se promenaient d'ailleurs en patins, contribuant à l'ambiance festive et décontractée qui régnait sur les lieux.
Outre le tournoi de hockey, ce qui attire les foules sur le lac Brompton depuis deux ans, c'est le triathlon des neiges qui s'y tient. La Coupe des neiges, une épreuve approuvée par Triathlon Québec, comprend 4 km de raquette, 12 km de patin et 8 km de ski de fond. Pour l'édition 2014, du côté des hommes, c'est Pierre-Olivier Boily qui est monté sur la marche la plus haute du podium - fait entièrement de glace -, et chez les femmes, il s'agit d'Annie Gervais. Une coupe participative avec des distances quelque peu réduites était également offerte pour ceux qui souhaitaient tenter l'expérience.
Le Défi des neiges santé globale se voulait pour sa part une option plus ludique, pour petits et grands, avec des distances totales variant entre 3 et 12 km, à faire seul ou à relais. « Souvent, le faire en équipe ça donne une belle ambiance! », affirme Karine Bélanger, organisatrice du volet scolaire du Challenge.
Alexandre, 8 ans, était le délégué au patin de son équipe. « Ça s'est bien passé », a-t-il dit après le Défi, affirmant qu'il compte bien recommencer l'an prochain, pour une troisième année.
Sa mère Caroline Dandurand se réjouit de son côté de l'ambiance que l'événement apporte à Saint-Denis-de-Brompton, où elle réside avec son conjoint et ses trois enfants. « C'est un événement familial super plaisant. Pour l'avoir vécu l'an passé, je peux dire que c'est féérique! Les enfants aiment ça, ils sont motivés », dit-elle. Ses deux autres garçons prenaient aussi part au Défi; Julien, 6 ans, effectuait le triathlon seul, et Étienne, 2 ans, le faisait pour sa part... dans un sac bien accroché à son père!
« C'est tout un accomplissement et ils réussissent à le faire », dit celle qui estime qu'environ 75 % des jeunes de l'école Jardins-des-Lacs, à Saint-Denis, portent la tuque officielle du Défi qui leur est remise lors de la course.
Un « miracle » grâce aux bénévoles
La tempête qui s'est abattue sur la région vendredi a compliqué la tâche pour le comité organisateur. « Les bénévoles ont fait un travail incroyable pour qu'on ait quelque chose de beau après la tempête », affirme Mme Bélanger, reconnaissante.
En effet, comme la région a reçu par endroits une bonne trentaine de centimètres de neige vendredi, les installations ont dû être montées le matin même du Challenge, alors que d'ordinaire, le site est installé la veille. « C'est vraiment un miracle, c'est ça qui est beau à Saint-Denis, tout le monde se serre les coudes, c'est chouette! »
Il s'agissait de la deuxième édition du Challenge. La programmation est restée sensiblement la même qu'auparavant, mais les installations ont été concentrées encore plus sur le lac cette année, pour éviter que les gens s'agglutinent dans le stationnement de la Brasserie Lac Brompton.