Tournages américains: les retombées potentielles sourient aux élus municipaux

L'initiative de Destination Sherbrooke de participer au congrès de l'Association of film commissioners international à Los Angeles, dans le but de séduire des producteurs américains, reçoit l'approbation de plusieurs élus.
<p>Jean-François Rouleau</p>
Prenant en compte les 140 000 $ de retombées pour les trois journées de tournage du téléfilm Northpole, le week-end dernier au centre-ville, ils voient le potentiel que présente l'industrie du cinéma.Sherbrooke, au même titre que Gatineau et Québec, sera présente au kiosque du Bureau du cinéma et de la télévision du Québec du 27 au 29 mars.
« J'ai trouvé l'expérience de tournage du week-end dernier positive. C'est une excellente vitrine qui donne une visibilité à Sherbrooke. Si nous avons d'autres possibilités de donner cette vitrine à la ville, il faut aller voir, dans la mesure où on arrive avec un plan d'affaires sérieux. Je trouve l'idée intéressante puisqu'elle nous positionne sur l'échiquier national. C'est une opportunité qu'on se doit d'analyser », estime Jean-François Rouleau.
Interrogé à savoir si une présence à Los Angeles devait être une priorité pour Destination Sherbrooke, Serge Paquin répond que « tout dépend du gain par rapport à l'investissement. Ce qui est intéressant, c'est que nous venons de vivre une expérience où on voit qu'il peut y avoir des retombées concrètes. Les gens de la production de Northpole ont mentionné que Sherbrooke avait des atouts extrêmement intéressants à faire valoir pour des tournages. »
Annie Godbout s'enthousiasme elle aussi. « Je suis tout à fait d'accord avec ce projet-là et je suis même surprise qu'on ne l'ait pas fait avant. Le cinéma est une industrie qui génère beaucoup de retombées économiques, alors nous avons tout à gagner à explorer ce créneau. »
Sherbrooke saurait-elle se démarquer par rapport à une ville comme Montréal? « Le domaine Howard, c'est magique comme lieu. Nous avons aussi un ancien hôtel de ville à Lennoxville qui a un cachet unique. Les équipes de tournage n'ont pas de problèmes à parcourir certaines distances pour dénicher des cachets ou des ambiances qui existent déjà. C'est souvent moins coûteux que de reproduire des décors. Si on arrive à vendre notre unicité, il n'y a pas de limites. »