Jean Gauthier, un passionné de bande dessinée.

Tintin à Lac-Mégantic

Des 30 000 titres qui pourront bientôt être consultés ou empruntés à la Médiathèque Nelly-Arcan de Lac-Mégantic, pas moins de 1400 proviennent du même bungalow de Sherbrooke. Celui de Jean Gauthier, un passionné de bande dessinée.
« Mes collections meublaient quatre murs complets dans mon sous-sol et un mur de mon bureau. J'ai mis un an à me décider à m'en départir et mon deuil n'est pas encore fini. J'irai guérir dans les rayons de la bibliothèque de Lac-Mégantic », ricane M. Gauthier.
Avec un pareil inventaire de BD, vous devinez que Tintin, Astérix, Lucky Luke, la bande des Schtroumpfs, Boule et Bill, Spirou, bref qu'un pan complet de la culture belge s'est retrouvé dans la ville en résurrection.
En consultant la liste comprenant au total 1666 titres, les érudits retracent également au premier coup d'oeil Thorgal, XIII ou Schuiten, le préféré du grand maître Gauthier.
« Il s'agit de collections très éclectiques, populaires tant auprès des jeunes que des lecteurs adultes. C'est un très bel échantillon pour répondre aux attentes du grand public », relève Michel Breton, responsable des rayons littéraires à la Biblairie GGC.
Après avoir passé tous ces volumes au scanner, leur valeur marchande a été fixée à 35 220 $. M. Gauthier a eu droit à un reçu de charité de ce montant pour la cession de ses collections qui sont toutefois passées par Coaticook avant d'atterrir à Lac-Mégantic, un chapitre inattendu dans l'histoire.
« La valeur monétaire ou le crédit d'impôts, je m'en balançais. Il était hors de question pour moi de parcelliser les collections en les vendant en pièces détachées. Je voulais en préserver la valeur culturelle et les partager ».
Les premiers contacts ont été établis auprès du Club Lions, qui oeuvre auprès de la jeunesse.
« J'ai eu vent de cette opportunité comme administrateur des Lions. J'ai offert à M. Gauthier de chercher le meilleur débouché possible pour ses bandes dessinées en tant que président d'un autre organisme caritatif en recherche de financement. Dès que les besoins ont été manifestés pour Lac-Mégantic, ce fut un automatisme d'y envoyer l'ensemble des oeuvres », raconte Guy Lebel, qui préside les Troubadours De La Vie, un organisme apportant un soutien aux personnes handicapées de Coaticook depuis 40 ans.
« Ça dépasse ce que j'imaginais pour faire oeuvre utile. »
« Ces collections étaient pour la plupart dans un état impeccable et du fait que certaines d'entre elles sont plutôt rares ou comprennent des classiques qui ne paraissent plus, elles étaient d'un grand intérêt pour nous », a vite constaté le directeur général de la Médiathèque Nelly-Arcan, Daniel Lavoie, en se rendant à Coaticook.
Le Club Lions qui avait amassé 65 000 $ auprès de ses membres du Québec et de l'Ontario en faveur de la communauté de Lac-Mégantic a redirigé 10 000 $ vers les premiers héritiers, les Troubadours de la Vie, pour ainsi acquérir les bandes dessinées.
« Un cadeau du ciel pour se renflouer un peu puisque nous venons de connaître trois années déficitaires », applaudit Guy Lebel.
Une situation gagnant-gagnant puisque les Lions de Lac-Mégantic ont ainsi bonifié leur contribution au financement de la salle jeunesse de la Médiathèque Nelly-Arcan.
« J'ai l'impression de redonner une partie de la richesse que j'ai trouvée dans la lecture de bandes dessinées. En devenant un bien public, mes collections seront plus accessibles que jamais. Ça dépasse ce que j'imaginais pour faire oeuvre utile », se réjouit quant à lui Jean Gauthier.
N'allez surtout pas prétendre devant ce connaisseur que la BD est un produit de divertissement pour lecteurs pressés.
« C'est le regard hautain que d'aucuns portaient lorsque la bande dessinée est apparue dans le paysage artistique. On pourrait pourtant réaliser une maîtrise en sociologie à partir de son évolution. Elle est un témoin aussi juste des époques que ne le sont la musique et la peinture », corrige le donateur.
Ces nombreuses collections de BD ayant maintenant plus grande vitrine, l'histoire ne s'arrête pas ici. La suite est facile à imaginer.