Soirée de gala, monde de bravos

«Bravo pour vos prix! Bravo pour vos beaux prix! Félicitations à toute l'équipe!» Ça fait déjà quelques jours que ça dure, ça peut s'étirer encore un bon moment, n'hésitez pas, on aime bien ça.
C'est vrai que c'est agréable quand on reconnait la qualité de votre travail. Et qu'on prend le temps de s'arrêter pour vous le dire, parce que c'est quelque chose de précieux, le temps. Alors oui, samedi dernier, c'était bien que les membres de l'Association des hebdos indépendants regroupés au sein d'Hebdos Québec s'arrêtent à Sherbrooke le temps d'un congrès, d'un gala et de quelques reconnaissances.
Et, oui, c'était vraiment bien de récolter une large part de cette reconnaissance d'un travail incessant mené par une équipe de passionnés, d'allumés, d'enflammés. Oui, oui, une équipe de feu.
Tenez, histoire de vous donner le ton de la soirée, cette anecdote magique alors que les discours d'usage viennent de se terminer, que l'on amorce finalement la remise des prix et que le photographe Julien Chamberland, à qui l'on a confié la mission d'immortaliser cette soirée sur pellicule (!) patiente au pied de la scène du Théâtre Granada, son Nikon au cou.
Sa face quand on a dévoilé son nom comme grand gagnant de la catégorie Portrait pour une photo du guitariste et bluesman Gaston Gagnon prise dans le cadre d'un dossier sur le blues. Ces yeux. Ce sourire. Cette fierté. On remerciera sa collègue Jessica Garneau d'être accourue pour récupérer le Nikon et immortaliser le tout.
Et c'était le début d'une soirée de rêve. L'équipe de feu de La Nouvelle a été couronnée du premier prix dans cinq des onze catégories en journalisme. Cinq. Presque la moitié. Et chaque fois, pour des dossiers montés et menés en équipe, une des forces de La Nouvelle. Une force qui permet de s'illustrer dans une variété de domaines parce que semaine après semaine, en misant sur les forces de tout un chacun, on parvient à braquer les projecteurs dans une direction différente.
Ainsi un premier prix en Arts et culture pour un dossier Trad sur le coeur où l'on s'était permis de dépoussiérer notre merveilleux folklore. Premier prix aussi en Action communautaire pour ce voyage au sein des diverses communautés sherbrookoises dans un dossier intitulé Planète Sherbrooke. Premier prix encore en Éducation pour La vie de super-héros, un dossier entièrement consacré à la persévérance scolaire. Premier prix bien sûr en Environnement avec Quand rien de se perd, tout se crée, une édition mettant en lumière les différentes avenues du recyclage et de la récupération d'objets. Et contre toutes attentes, mais avec toute la confiance des meilleurs compétiteurs, premier prix en Sport et loisirs avec un spécial sur le baseball titré Compte complet... qui était effectivement on ne peut plus complet et tellement savoureux.
Histoire d'ajouter au pécule, on s'est aussi permis des seconds prix, en Santé pour un dossier sur L'autisme aux mille visages, puis en Action communautaire grâce à Une histoire d'un soir à l'Accueil Poirier recueillie par Dominic Tardif. Des troisièmes prix aussi lorsqu'on s'est mis Le coeur et les mains dans la terre en Agroalimentaire, lorsqu'on s'est demandé Où s'en va l'économie? dans la catégorie Économie et finance, en Santé lorsque Eve Bonin a décidé de Prendre le temps de se retrouver, et finalement dans la catégorie Éditorial prix Jean-Vigneault parce que notre bourlingueur Jonathan Custeau nous a rappelé qu'On ne s'envole pas pour risquer sa vie.
Et ce sont les journalistes-pigistes de La Nouvelle qui sont chaque fois montés sur la scène du théâtre Granada pour récupérer leurs prix. En gang. On vous le dit, c'était de toute beauté. Elles et ils étaient de toute beauté. Aussi fiers de récolter des prix qu'ils le sont de vous offrir cet hebdo audacieux, original et pertinent semaine après semaine.
Parce que c'est aussi semaine après semaine que vous prenez le temps de les interpeller aux quatre coins de la ville pour les féliciter, les remercier, les questionner, leur faire des suggestions aussi.
Vous aimez votre Nouvelle, vous prenez le temps de leur dire, de nous le dire. Après chaque gala, mais entre chaque gala, aussi, et n'ayez crainte, on l'apprécie.
Et sachez que la gang de La Nouvelle, cette équipe de feu qui est la vôtre, vous adore tout autant.