Bernard Sévigny

Sévigny veut contacter rapidement les nouveaux élus

Le maire de Sherbrooke, Bernard Sévigny, entend rencontrer rapidement les députés élus lundi soir dans la région pour leur rappeler l'importance de certains dossiers locaux. L'aéroport de Sherbrooke, le prolongement du boulevard de Portland et la hausse de tarifs d'Hydro-Québec seront assurément à l'ordre du jour.
Dans les trois circonscriptions qui touchent Sherbrooke, deux seront représentées par de nouveaux députés, soit Saint-François, avec Guy Hardy, et Sherbrooke, avec Luc Fortin. Karine Vallières a quant à elle été réélue dans Richmond.
Selon M. Sévigny, le changement de garde à la tête du gouvernement ne constitue pas un obstacle majeur. « On s'adapte rapidement. C'est ce que nous avons dû faire il y a 18 mois, alors que nous étions habitués de travailler avec Jean Charest et Monique Gagnon-Tremblay. Nous organiserons donc une rencontre relativement à court terme pour traiter des dossiers sur lesquels la campagne nous a forcés à un certain recul », explique le maire.
« Pendant la campagne, nous avions sensibilisé les candidats, mais maintenant qu'ils sont élus, nous devons faire l'exercice de dresser le portrait de la situation. Il y a deux nouveaux et nous travaillerons avec eux, parce qu'ils ont été élus pour porter les dossiers dans Sherbrooke. »
L'aéroport, entre autres, constitue une priorité. « J'en ai parlé avec M. Couillard lors de son passage à Sherbrooke et je crois qu'il a bien saisi la portée et l'importance de cette infrastructure. »
Le prolongement du boulevard de Portland, pour lequel le BAPE devait déposer son rapport hier, au plus tard, pourrait-il être de nouveau reporté dans l'attente d'une décision du futur ministre de l'Environnement? « C'est exactement l'angle avec lequel je vais aborder les trois députés. Nous avons besoin de terrains industriels. Il faut ouvrir. Les enjeux sont très pointus. Aussitôt que nous aurons une décision, si elle est favorable, nous partirons en appel d'offres. »
Bernard Sévigny compte aussi saisir rapidement les élus des enjeux liés à la hausse des tarifs d'Hydro-Québec, hausse qui touche aussi les réseaux de Coaticook et Magog.
Gendre du conseiller Rouleau
Le maire sherbrookois ne se formalise pas non plus que le député de Sherbrooke, Luc Fortin, soit le gendre du conseiller indépendant Jean-François Rouleau. « M. Rouleau est membre du conseil municipal et il a les mêmes attentes que nous de la part des députés. J'ai l'intention de travailler avec M. Fortin sur une base régulière comme je le faisais avec Serge Cardin. »
Jean-François Rouleau, heureux du dénouement de la campagne, assure qu'il ne sera pas impliqué dans les décisions de Luc Fortin. « Luc représente un changement, la jeunesse. Les engagements financiers et économiques qu'il a pris me conviennent. Mais à partir de maintenant, c'est lui qui gère ses dossiers. Je serai un bénévole pour le supporter dans le rôle qu'on voudra bien me donner.
« Éthiquement parlant, je ne porterai pas de dossiers de la mairie auprès du député. Je suis très confiant que M. Sévigny sera en mesure de rencontrer son député et de travailler avec lui. Luc s'est engagé à porter les dossiers sherbrookois. Ce n'est pas une question de partisanerie. Il faudra que tout le monde travaille ensemble. C'est le rôle du député de supporter la municipalité. Personnellement, je poursuis mon mandat au conseil municipal et je garde ma liberté de parole. »
M. Rouleau n'a pas voulu se prononcer à savoir si la communication deviendrait plus facile avec Québec. « Je ne souhaite pas commenter le travail de Serge Cardin. Il faut respecter ce qu'il a fait. Je le salue. La politique, c'est très exigeant et il a su s'y consacrer. »