Maxim Bolduc, capitaine de l'équipe de l'école la Frontalière de Coaticook, est en pleine discussion avec le cofondateur de Robotique FIRST Québec François Michaud et avec l'un des mentors de l'équipe, Étienne Crevier.

Sept écoles estriennes entrent dans la course

Ils étaient plus de 200 à regarder la vidéo diffusée en direct par la NASA au centre culturel de l'Université de Sherbrooke samedi, afin de connaître le défi qui attend cette année les participants à la compétition Robotique FIRST.
Des murmures s'élevaient dans l'assistance tout au long de la projection, mélange d'inquiétude et d'excitation. C'est que les équipes, constituées d'élèves du secondaire ainsi que de mentors bénévoles, feront face à un défi qui est loin d'être simple.
Chaque équipe doit constituer un robot. Le jour de la compétition, des équipes de trois robots sont formées aléatoirement et introduites dans une arène de jeu. Deux équipes de trois robots s'affronteront donc, avec comme objectif de marquer des points en envoyant un ballon d'exercice dans des buts situés dans les airs ou au sol.
La collaboration entre les robots (par exemple s'ils se passent le ballon pour marquer un point) donnera des points bonus aux équipes.
Texte complet dans La Tribune de lundi.
Abonnement à la version électronique: