Depuis le 1er juillet, les actifs et activités de distribution de Saveurs des Cantons sont passés aux mains d'Accès Québec Distribution Alimentaire, dont la vice-présidente et gestionnaire est Isabelle Lemieux. Elle est accompagnée de Michel Belzil, président de Saveurs desCantons.

Saveurs des Cantons contraint à vendre ses actifs

Faute de ressources financières et afin d'assurer la continuité des services de distribution alimentaire, Saveurs des Cantons a dû se résoudre à vendre ses actifs et à transférer ses activités à Accès Québec Distribution Alimentaire, un nouvel organisme à but non lucratif dont la gestionnaire est Isabelle Lemieux, vice-présidente. Cette dernière occupait le poste de directrice générale chez Saveurs des Cantons.
La transition, tant pour les producteurs, transformateurs et acheteurs, devrait donc s'effectuer sans heurts apparents, incluant le maintien de la localisation de l'entreprise à Coaticook, du moins jusqu'au 31 décembre 2015.
Malgré cette décision non planifiée, l'organisme tire un bilan positif des dernières cinq années, dont, entre autres, le développement de 132 points de vente dans les régions de l'Estrie et de la Montérégie, une meilleure visibilité et accessibilité des produits régionaux, un service adapté aux besoins des acheteurs, la participation de plus de 85 producteurs, le maintien et la création d'emplois, ainsi qu'un partage des frais de commercialisation à moindre coût.
Or, bien que tous se réjouissent du maintien des services en région, la question qui se pose est de savoir comment le nouvel organisme réussira où l'autre a échoué, à savoir de s'autofinancer.
« Saveurs des Cantons réussissait à faire ses frais à l'exception de mon salaire et d'une partie du salaire de la représentante, explique Isabelle Lemieux. Pour les premières années, Accès Québec ne me versera pas de salaire et j'aurai un travail à l'extérieur de l'entreprise. De plus, j'y investis mon propre argent, de même que mes partenaires. » Contrairement à sa vocation première, Accès Québec décloisonnera son territoire de fournisseurs hors des limites des Cantons-de-l'Est. On compte aussi développer la vente au privé, un créneau inexistant jusqu'à ce jour. Dernier élément, et non le moindre, Mme Lemieux entend concentrer ses efforts à développer Accès Québec. « Au cours des dernières années, Saveurs des Cantons a dû investir beaucoup d'énergie et de temps à défendre ses intérêts, pour le futur je veux investir mon temps à faire mon vrai travail. » Bien que Saveurs des Cantons a tenu à ne dévoiler aucun chiffre, Mme Lemieux tient à souligner qu'entre 2012 et 2013, les ventes ont enregistré une hausse de 42 %.
L'avenir
Saveurs des Cantons demeure et entend consacrer ses énergies dans le développement du pôle d'excellence agroalimentaire de la MRC de Coaticook. « Ce n'est pas une aspiration abandonnée, loin de là, affirme Marjorie Tyroler, directrice générale du CLD de la MRC de Coaticook. Nous réitérons notre vision que la notion des pôles d'excellence pourrait permettre à toutes les MRC de prendre un leadership dans un domaine qui pourrait leur servir de levier économique pour eux. Considérant que la MRC de Coaticook est un leader incontesté dans le domaine agroalimentaire, c'est une aspiration que nous trouvons légitime pour notre région. »
« Tout le monde sait que la MRC de Coaticook est le pôle majeur agricole dans toute l'Estrie, et du fait même de l'agroalimentaire, poursuit Michel Belzil. Que dans nos discussions, même avec l'UPA, on remette en question le pôle d'excellence de la MRC de Coaticook, ça m'apparaît vraiment de mauvaise foi. »