Saint-François : Hardy veut s'attaquer à l'économie

Le candidat libéral dans Saint-François compte bien profiter de l'expérience acquise en tant que président de la Chambre de commerce de Fleurimont pour relancer l'économie de sa circonscription. La solution proposée par Guy Hardy? Attirer des industries sur le territoire.
« La plus grande problématique, c'est que nous n'avons pas d'industries primaires, a-t-il affirmé lundi matin lors du lancement de sa campagne. Les gens ne travaillent pas. Il y en a trop sur le chômage et sur le bien-être social. »
M. Hardy déplore le fait que le revenu moyen des ménages dans sa circonscription soit inférieur de 11 000 $ à la moyenne québécoise. « C'est inacceptable. Nous devons créer des emplois de qualité pour favoriser la prospérité de la région. »
Croit-il être suffisamment armé pour détrôner l'un des candidats vedettes du PQ, soit Réjean Hébert?
« J'offre mes services aux concitoyens de Saint-François. Je ne me présente pas contre le candidat adverse en place. Je compte mettre à profit mon expérience dans le secteur public et travailler sur le terrain. Je vais rencontrer le plus de monde possible dans Saint-François durant ma campagne. »
Parmi ses autres priorités, le candidat libéral souhaite diminuer le temps d'attente dans les hôpitaux de la région et augmenter le taux de diplomation des garçons.