IMACOM RENÉ MARQUISAvec Rurart, cinq jeunes danseuses et chorégraphes se sont immergés dans la nature pour créer une oeuvre in situ inspirée de l'environnement, de la forêt et des champs. Une façon pour l'instigatrice du projet, Amélie Lemay-Choquette de faire sortir la danse de la zone urbaine.

Rurart, la culture au sens large

Elles sont cinq et pour l'heure, impossible de leur parler. Depuis près d'une semaine maintenant, elles se laissent inspirer par la nature et la forêt sur un site enchanteur, celui de la ferme biologique La Généreuse. En résidence artistique, ces danseuses et chorégraphes préparent ainsi une performance in situ en danse qui sera présentée à même les champs ce weekend.
De la grande ville, où elle y a complété une formation en danse à l'Université Concordia, à la campagne qui l'a vu grandir et qui l'inspire, Amélie Lemay-Choquette a choisi le meilleur des deux mondes. En installant son studio de danse à même la ferme familiale, elle souhaite ainsi faire de la culture au sens large: d'un côté la production de fruits et de légumes biologiques et de l'autre, un espace propice à l'exploration artistique.
«La ferme La Généreuse, qui fait de la culture biologique depuis les années 80, est en redéfinition, explique Bernard Boutin, conjoint de la danseuse Amélie Lemay-Choquette, qui s'est isolée avec quatre de ses acolytes pour mettre au jour Rurart, son projet de danse contemporaine en milieu rural. L'idée est maintenant d'y faire un lieu de création artistique, tout en poursuivant la culture des fruits et des légumes.»
C'est donc à même la vieille grange que Carolann Shea, Linnea Gwiazda, Levana Prud'Homme, Michaëla Gerussi et Amélie Lemay-Choquette se sont retrouvées pour dix jours d'exploration et de création. «Aujourd'hui par exemple, elles créent, elles sont en phase d'exploration. Elles marchent sur la ferme, prennent des notes, trouvent des endroits intéressants pour performer. De retour en studio, elles vont mettre leurs idées ensemble et collaborer dans ce qui est, en quelque sorte, un véritable marathon de création», poursuit M. Boutin.
Si elles utilisent la nature pour s'inspirer et pour diffuser leur art, le public est invité à venir partager ce moment avec elles. «Deux fois ce weekend, les gens pourront prendre part à ce que nous avons appelé un sentier artistique sur la ferme. Au gré de leur marche, les gens pourront assister à diverses performances de danse en pleine nature.»
Hors des murs
Si Amélie Lemay-Choquette s'est installée sur la ferme familiale il y a moins d'un an, de l'aveu de son partenaire, il était important pour elle de lancer cet événement dès son retour en région. «Pour la première édition, tout était à faire. Il était important pour elle que ce projet ait lieu cette année pour la faire grandir et surtout attirer chaque année de nouveaux artistes à ce rassemblement», indique Bernard Boutin.
Et pour la première édition, la jeune danseuse a choisi de s'entourer de quatre filles avec qui elle a collaboré à l'école, de même qu'au Festival Fridge de Montréal. «Ce n'est pas la première fois qu'elles travaillent ensemble, mais c'est une première à l'extérieur, hors des quatre murs de l'école ou d'une salle de diffusion», ajoute-t-il.
Quant aux attentes reliées à la naissance d'un tel événement, la jeune danseuse et chorégraphe souhaite attirer l'attention sur la danse. «En s'éloignant de la ville, elle croit pouvoir créer un intérêt pour la danse. Rurart, c'est sans prétention. C'est un projet ouvert, évolutif, artistique et très original. Après tout, ce qu'elle veut faire, c'est de l'art, mais en plein air, admet-il en soulignant que le projet est là pour rester. L'idée de départ est peut-être flyée... comme celle de la mère d'Amélie qui a eu l'idée de faire une ferme bio dans les années 80. Dans le fond, elle est fonceuse comme sa mère», dit-il visiblement enthousiaste à l'idée d'accueillir artistes et public sur cette terre fertile.
À l'agenda
Rurart
Danse contemporaire en milieu rural
11 août à 19 h et 12 août à 14 h 30
540, chemin Labonté (Cookshir- Eaton)
www.lagenereuse.com