Irving a mis fin aux activités de son entrepôt pétrolier en janvier 2006. Depuis, la compagnie doit décontaminer son terrain de la rue des Quatre-Pins. Le bâtiment a été détruit au cours des dernières semaines, mais aucun travail n'a été fait sur le terrain.

Rue des Quatre-Pins : nouvel avis pour forcer Irving à décontaminer

Le ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC) a à nouveau acheminé un avis de non-conformité à la compagnie Irving, qui tarde à décontaminer son terrain de la rue des Quatre-Pins.
En mars, le MDDELCC attendait que la compagnie dépose son plan d'action et de réhabilitation. «Il y a eu une communication écrite le 4 avril disant qu'Irving mettrait en oeuvre le plan de réhabilitation approuvé par le ministère», confirme Renée Plamondon, directrice adjointe du Centre de contrôle environnemental du Québec au MDDELCC.
Il y a un peu plus d'un an, la compagnie avait découvert que la contamination du sol s'étendait sous le bâtiment se trouvant sur son terrain. Il était alors question de démolir la construction avant de procéder à l'excavation des sols. «On nous avait dit que l'excavation commencerait au printemps, parce que le sol serait dégelé et qu'il serait plus facile d'excaver», précise Mme Plamondon.
Si le bâtiment est bel et bien tombé sous le pic des démolisseurs dans les dernières semaines, la machinerie ne s'active toujours pas sur le terrain. «Le 11 juillet, il y a eu une inspection et les travaux ne se poursuivaient pas. Nous avons envoyé un avis de non-conformité», ajoute Mme Plamondon, affirmant n'avoir eu aucune communication avec Irving depuis.
Il s'agit au moins du quatrième avis du genre, puisque d'autres avis avaient été acheminés en juillet 2012, avril 2013 et février 2014. «Il est trop tôt pour dire ce que sera la suite des choses, mais il n'est pas exclu qu'il y ait des sanctions pécuniaires. Nous suivons le dossier de très près. Il est de leur responsabilité de répondre aux lois et règlements du ministère.»
Il n'est pas exclu que d'autres recours soient entrepris.
Rappelons qu'Irving a mis fin aux activités de son entrepôt pétrolier en janvier 2006. Des plans de réhabilitation avaient été soumis en juin 2007 et en juin 2009, mais ils avaient été rejetés par le ministère pour non-conformité avec le zonage. Une étude de la firme Inspec-Sol avait démontré la présence d'hydrocarbures dans les sols et les eaux souterraines en concentrations supérieures aux normes gouvernementales.