Responsabilisation et relations humaines

Le thème des relations humaines est un sujet qui me touche beaucoup. Peut-être parce que je suis un humain! Le fait d'avoir évolué sur un circuit mondial sportif pendant longtemps et d'avoir participé à deux Jeux Olympiques m'a amené (probablement par nécessité au départ) à étudier le phénomène des relations, du jugement, de la responsabilisation, de la résolution de conflits et du désir de travailler ensemble... ou pas! Car le sport de haut niveau génère son lot de défis et d'apprentissages côté relations humaines!
À travers le sport, j'ai découvert un monde que je ne soupçonnais pas, qui existait en moi, à mon insu. Sur le coup, c'est un choc assez brutal. Se rendre compte qu'on se déresponsabilise si facilement, que nous sommes prêts à juger si rapidement, simplement pour préserver une image de soi. Ça m'a littéralement perturbé! Mais quand j'ai pris conscience que j'étais l'unique responsable de mon bonheur et de la qualité des relations que je développais et que j'entretenais, ç'a été très libérateur. C'est comme un poids que l'on enlève de sur nos épaules.Entretenir des relations harmonieuses et saines est alors devenu un objectif de vie pour moi. Être affirmé, ancré en soi et faire preuve de gentillesse et de compréhension à l'égard de l'autre est tout à fait possible. C'est possible, et souhaitable, de faire part de ses besoins tout en respectant ceux de l'autre. Et c'est là que se trouve l'une des clés pour des relations humaines harmonieuse et enrichissantes. À mon avis, on doit reconnaître que nous avons tous des besoins de base à combler:
• Être en sécurité (avoir un toit et de la nourriture)
• Être aimé et sentir que nous appartenons à un groupe
• Se sentir libre
• Sentir qu'on a un certain pouvoir (personnel) sur notre vie
• Avoir l'opportunité d'apprendre, de s'épanouir et de s'amuser
De ce que j'en comprends et observe, nos comportements et nos réactions sont toujours le meilleur choix que nous pouvons faire à un moment précis pour satisfaire un ou plusieurs de nos besoins de base. La motivation première à nos comportements est de se sentir le mieux possible, aussi souvent que possible. Nous avons l'habileté d'être conscient de comment nous nous sentons. Nous ressentons une multitude de sentiments et d'émotions. Mais en terme simple, on se sent bien ou mal. Et il est tout à fait normal de viser à se sentir bien!
Mais en grandissant, en devenant adulte, on se rend compte que se sentir bien devient de plus en plus difficile car nos relations avec les autres et notre vie se complexifient. C'est là que notre responsabilité personnelle entre en jeu. En apprenant à se connaître, on peut arriver à savoir ce qui compte pour nous et identifier ce qui est important, ce qui nous fait sentir bien. Plus de liberté? Plus de temps pour soi? Plus de temps en famille, avec nos proches? En apprendre à propos de nos besoins nous permet de reconnaître quel(s) besoin(s) n'est pas satisfait quand on se sent plus ou moins bien. Ce n'est pas toujours facile à voir, mais avec le temps, il est possible de les identifier.
L'être humain, pour la plupart d'entre nous, a besoin d'être en relation. Pour que celles-ci soient agréables et nous remplissent, nous devons prendre conscience de nos propres comportements, de nos propres jugements, de nos propres pensées afin de viser graduellement la compassion et la compréhension.
Car si nous tentons de répondre à nos besoins fondamentaux, c'est ce que les autres font aussi. On est tous pareils, dans le même bateau. Nous recherchons la même chose. Être aimé, avoir du plaisir, se sentir en sécurité, se réaliser...
Il est important à mes yeux de viser à réduire, voir même arrêter les comportements tels que punir, forcer, manipuler, blâmer, critiquer, hiérarchiser, juger...
Il est bénéfique de les remplacer par des comportements tels que écouter, prendre soin, supporter, encourager, négocier, aimer, faire confiance, accepter, accueillir, comprendre. Ça nous rapproche de l'Amour et de la connexion humaine de qualité que nous recherchons tous.
Bonne semaine,
Vincent
Vincent Larivée est kinésiologue et possède plusieurs formations en santé globale et en encadrement sportif. Il a été athlète et entraîneur international pendant plus de 25 ans, entre autres auprès d'Annie Martin en volleyball de plage.
Les chroniques de Vincent Larivée sont publiées toutes les deux semaines dans nos pages. Pour questions ou commentaires, nous vous invitons à le joindre via son courriel à vincent.larivee@lanouvelle.ca