Résidences pour aînés : 1400 $ par mois

Combien ça coûte, vivre en résidence pour aînés? Selon la SCHL, le loyer mensuel moyen des places standards dans la RMR de Sherbrooke s'établissait à 1403 $ en 2014. Par places standards on entend des places où les occupants reçoivent moins d'une heure et demie de soins par jour.
Le loyer moyen des places avec soins assidus, pour leur part, atteignait 1817 $.Le loyer mensuel moyen des places standards varie aussi selon le type d'unité, soit, dans la RMR de Sherbrooke : 1289 $ pour la chambre individuelle, 1335 $ pour le studio, 1474 $ pour l'appartement d'une chambre et 1803 $ pour l'appartement de deux chambres.
Et bien sûr, selon sa situation financière, la clientèle peut bénéficier d'une aide au logement de l'État.
La RMR de Sherbrooke comptait 48 résidences selon les données de 2014, pour 4224 places.
À la Fédération de l'âge d'or du Québec en Estrie, le coût des places en résidence constitue une préoccupation importante. «Ce qui m'inquiète particulièrement, c'est que les résidences pullulent, mais est-ce qu'elles correspondent réellement à la capacité de payer et aux besoins de la majorité? Les aînés s'appauvrissent, c'est une réalité, et pendant ce temps-à, des loyers en bas de 1700 $ par mois pour une personne, il y en a de moins en moins», observe le président de la FADOQ-Estrie Réjean Audet.
«Les fonds de retraite ont fondu depuis dix ans à cause des mauvais rendements sur les marchés boursiers, se désole-t-il. Si on voit autant de retraités retourner sur le marché du travail, ce n'est pas seulement pour se désennuyer, c'est aussi parce que ça prend de l'argent pour faire des activités quand on est rendu à la retraite.»
La FADOQ estime que le gouvernement pourrait faire davantage dans le soutien au logement, elle souhaite aussi que l'État légifère pour obliger les jeunes travailleurs à souscrire rapidement à un fonds de retraite, et elle entend se servir de son poids politique pour faire valoir son point de vue. À la FADOQ-Estrie, révèle à ce propos M. Audet, le nombre de membres est passé de 16 000 en 2010 à 26 000 en 2015, une augmentation de 62,5 %.
La directrice générale de l'agence Visavie Sylvie Dagenais convient elle aussi que ça peut parfois être dispendieux de vivre en résidence, selon les services et l'espace dont on souhaite profiter. Elle rappelle toutefois que vivre dans sa maison privée, même libre d'hypothèque, engendre des obligations financières qui peuvent facilement totaliser 1200 $ par mois...