Alain Couture et Réjean Lachance remettaient le Mercedes Band sur pied en 2012.

Rej, pars-moi une toune!

Son jeu caméléon peut être entendu sur deux tonnes d'albums. Martine St-Clair, Garou et Johnny Hallyday se sont tous déjà appuyés contre lui pendant un de ses électrisants solos. Il demeurera pour toujours associé à la phrase «Rej, pars-moi une toune!» Musicographie du guitariste Réjean Lachance.
C'était un samedi dans la Vieille Capitale. En visite avec son père chez des amis, Réjean Lachance - il a alors 12 ou 13 ans - épluche les petites annonces du tabloïd local, repère une Gibson Les Paul, la guitare que manie son héros Jimmy Page, et entreprend de convaincre son paternel de rendre visite au vendeur.«Il a fini par abdiquer, se rappelle le musicien. En revenant à la maison dans le char, je peux te dire que je l'avais sur les genoux ma nouvelle guitare. Je la mettais juste à côté de mon lit quand je dormais. C'était de l'or en barre. Avant, je regardais tous les jours les Gibson dans le magazine Guitar Player et là j'en avais enfin une entre les mains.» Le dessin d'une Les Paul orne depuis l'an dernier l'épaule droite de Lachance, qui célébrera son 51e anniversaire sur la grande scène de la Fête du lac des Nations jeudi.
Né sur la ferme familiale de Sawyerville, où il grandira jusqu'à l'âge de 3 ans, Réjean Lachance chatouille pour la première fois une six cordes en empruntant celle de ses frères Jean-Guy et Yvon. Sous la tutelle de gigantesques professeurs imaginaires comme Jimmy Page (Led Zeppelin), Ritchie Blackmore (Deep Purple) ou Frank Marino (Mahogany Rush), le jeune Rej.E apprend rapidement et dispense déjà au primaire des cours à ses aînés du secondaire.
«Je pouvais passer des heures avec ma guitare à écouter des 33 tours au ralenti sur la table tournante. Ça descendait tout d'une octave. Je repiquais ce que j'entendais et je replaçais tout le temps l'aiguille au début. Fallait aimer ça!»
Mettre sa vie dans une Renault 5
De groupe en groupe, Réjean Lachance devient à Sherbrooke à la fin des années 70 un pilier du circuit des bars. Son patron à la boutique Monsieur Vélo, Richard Bergeron, un batteur bien connu de la région, le presse de mettre le cap sur Montréal. «C'est un peu lui qui m'a fouetté. Il m'avait dit: "À l'automne, je te donne ton chômage et tu rapailles tes affaires, tu n'as plus rien à apprendre à Sherbrooke." J'ai vendu mon duplex, je me suis acheté une Renault 5, j'ai enlevé le banc d'en arrière, j'y ai mis mon stock et je suis parti.»
Le jeune homme décroche rapidement un poste au sein de la formation Laws of One, qui trimballe ses reprises de club en club partout dans la province. L'équipe d'une blonde chanteuse nommée Martine St-Clair repère le guitariste et l'enrôle dans son groupe d'accompagnement, le début d'une fructueuse succession de collaborations avec toutes les vedettes de l'époque: Roch Voisine, Richard Séguin, Julie Masse, Marie-Denise Pelletier, Marjo, etc.
Rej.E est à partir du milieu des années 80 l'ubiquitaire guitariste d'accompagnement que l'on engage pour son style à la fois racé et caméléon. Réjean Lachance ne cesse jamais de sonner comme Réjean Lachance, tout en se fondant aux couleurs des artistes qu'il épaule.
Un chien dans un jeu de quilles
Au mitan des années 90, Jean-Marc Parent confie à Réjean Lachance le mandat d'assembler un groupe maison pour son émission L'Heure JMP. «Jean-Marc m'avait vu avec Mario Pelchat. J'intégrais le solo de Time de Pink Floyd dans C'est la vie d'Emerson, Lake and Palmer. Ça l'avait ben impressionné.»
Le rendez-vous télévisuel dominical, un des plus singuliers et retentissants succès du petit écran d'ici, enfièvre la province entière. Une certaine frénésie prévaut à l'antenne de TQS le dimanche. Jean-Marc Parent s'autorise à déborder du temps qui lui est imparti («La gang, on défonce!») et enjoint les téléspectateurs à flasher leurs lumières. Sans préméditation, Lachance revêtit peu à peu le chapeau d'alter ego de facto de l'humoriste à l'instar d'un Paul Shaffer aux côtés de David Letterman.
«Rej, pars-moi une toune!» lance régulièrement Jean-Marc à son guitariste, chef d'un des premiers groupes rock à officier dans un talk-show québécois. «Dans toutes les autres émissions comme Ad Lib, le band faisait du soft rock. On est arrivé comme un chien dans un jeu de quilles.»
Johnnyyyyyyyyy
La fin abrupte de L'Heure JMP, torpillée par des critiques acerbes et un ressac de l'affection nationale pour Jean-Marc Parent, renvoie Réjean Lachance sur la route avec Lara Fabian, qu'il accompagnera pendant huit ans. L'équipe de la chanteuse québéco-belge le convoque au début du millénaire à une audition à Los Angeles pour le poste de guitariste soliste de Johnny Hallyday. Lachance enchaîne bientôt trois tournées avec le plus américain des rockeurs hexagonaux.
«Il y a une loi non-écrite qui veut que tu ne vas pas devant l'artiste pendant un solo. Tu peux te ranger à côté de lui, mais tu ne passes pas en avant, explique Rej.E. Pendant le premier show avec Johnny à l'île de la Réunion, j'ai respecté cette règle-là. Après le show, Johnny vient me voir et il me dit: "Quand tu fais tes solos, ce n'est pas pour moi, c'est pour les gens en avant, donc tu vas en avant. Moi, je suis chanteur du band, toi, tu es le guitariste." Je me suis dit: "Wow, là on commence à parler."
Réjean Lachance fait embaucher son ami Alain Couture, chanteur du Mercedes Band, comme choriste au sein de l'orchestre d'Hallyday. Quelque part sur une route européenne, le duo évoque une éventuelle résurrection du Mercedes Band, qui se matérialisera en 2012 avec la parution d'un album de reprises de classiques du rock, Post mortem.
L'aventure Hallyday terminée, Réjean Lachance se consacre aujourd'hui à l'écriture de musiques pour la télé et la publicité.
«Quand j'avais 14, 15 ans, j'étais un grand fan de Charlebois, se souvient-il. Mais quand j'allais voir Charlebois en spectacle, j'allais autant voir Robert que Jean-Marie Benoît, son guitariste. C'était LE guitariste complet. Il avait le côté rock, le côté pop, il avait toutes les couleurs.»
Ces qualités ne vous font-elles pas penser à un autre guitariste?
À retenir
Mercedes Band
Jeudi 17 juillet à 20h30
Fête du lac des Nations