Que ce soit des tôles ramassées dans un champ pour faire des tableaux de pastels ou des morceaux de métal trouvés dans le fond d'une grange servant à fabriquer des animaux, l'objectif demeure le même pour Paule Lévesque : recycler pour l'amour de l'art.

Recycler pour l'amour de l'art!

Les piles de gros rebuts ornent encore un bon lot de pelouses du grand Sherbrooke. Parfois, on fouine du coin de l'oeil : y a-t-il une seconde vie pour certaines choses? Que oui!
«On peut sublimer un objet sans valeur pour en faire une véritable oeuvre d'art». Aujourd'hui, cette idée est bien ancrée dans l'esprit de l'artiste estrienne Paule Lévesque. Depuis 2008, elle sillonne les routes à la recherche de petites merveilles afin de combler les besoins de son esprit créateur. Un bout de ferraille, du papier de tenture, des pièces de machinerie agricole, une poignée de porte rouillée ou même un vulgaire bout de bois. Ces objets qui sont sans intérêt pour le commun des mortels représentent de véritables trésors pour cette artisane du recyclé.
Mais pourquoi cet intérêt pour les matières recyclées? «Nul autre que Pablo Picasso utilisait cette technique!» clame d'entrée de jeu Mme Lévesque. Mais au-delà de son admiration pour l'artiste espagnol, disons simplement que c'est un courant artistique de plus en plus populaire. «C'est dans l'ère du temps. Un retour vers les matières premières. Et j'ai décidé d'embarquer dans ce mouvement, car j'aime travailler avec les matériaux qui m'entourent. Parfois je me promène sur mon terrain et je trouve des objets abandonnés qui animent spontanément ma créativité», explique-t-elle.
D'ailleurs, au cours des dernières années, l'artiste estrienne a réalisé plusieurs expositions à l'aide de différents matériaux qu'elle réutilise. Que ce soit des tôles ramassées dans un champ pour faire des tableaux de pastels ou des morceaux de métal trouvés dans le fond d'une grange servant à fabriquer des animaux, l'objectif demeure le même : recycler pour l'amour de l'art. «C'est fascinant de voir qu'on peut faire de l'art avec à peu près n'importe quoi. En plus, ça me permet de donner une seconde vie à des objets devenus inutiles.»
L'exposition qui rend l'artiste la plus fière s'intitule «RecyclART, archéologie ludique» qui a été exposée au Musée de l'Hôtel des Postes de Victoriaville au printemps dernier. Comme son nom l'indique, cette exposition rassemble une série d'objets trouvés ici et là. Une quarantaine de chefs-d'oeuvre regroupent des sculptures plus impressionnantes les unes que les autres et des toiles d'une originalité déconcertante.
Démocratiser l'art
L'utilisation de matériaux recyclés dans la conception artistique permet à Mme Lévesque de littéralement démocratiser l'art. «Ma première vocation est la peinture. Toutefois, l'avantage avec l'art recyclé est qu'il est plus facile pour monsieur-madame-tout-le-monde d'apprécier le résultat final. C'est donc une façon de rendre plus accessibles mes créations», analyse-t-elle.
Dans les prochains mois, pour les curieux et les amateurs d'art recyclé, les oeuvres de l'artiste estrienne se promèneront à travers le Québec. C'est à Sutton et à Montréal que vous aurez la chance de vous rincer l'oeil. Pour en avoir plus, il faut visiter le www.paulelevesque.com.
Prochaine exposition de Paule LévesqueGalerie Arts Sutton
7 rue Academy
Sutton
du 24 juillet au 7 août 2014