Raisonner comme des oiseaux

C'est l'histoire d'un pigeon qui dit à un autre pigeon qu'ils devraient changer de parc cet été, étant donné que ce dernier sera en travaux et qu'il y aura donc moins de passants pour leur lancer des miettes de pain.
Et l'autre de répondre qu'au contraire, les travailleurs vont manger leurs sandwichs sur place, donc il y aura plus de miettes!
Et c'est ainsi que les oiseaux « raisonnent ».
Et non pas « résonnent », comme il est transcrit dans cet extrait des débats de l'Assemblée nationale.
Mais on pourrait aussi s'interroger sur le choix du verbe « résonner » dans ce contexte, car pour qu'un son résonne, il faut qu'il y ait « résonance », c'est-à-dire prolongement, amplification ou réverbération du son, ce qui est assez rare pour des chants d'oiseaux.
 À moins que les gentils volatiles soient entrés dans l'église et chantent dans la nef.
Merci à Daniel Veillette, de Saint-François-Xavier-de-Brompton, pour cet envoi.
 
Ne manquez pas la chronique Séance d'orthographe tous les vendredis dans La Tribune.
 
Vous avez croqué des perles de toutes sortes? Vous pouvez nous les faire parvenir à l'adresse suivante : steve.bergeron@latribune.qc.ca.