Pauline Marois

Quatre présumés victimes d'un curé s'adressent à Pauline Marois

Les quatre victimes présumées d'un curé de la région de Thetford Mines ont franchi récemment une autre étape dans leur démarche pour dénoncer leur agresseur et obtenir justice. Dans une lettre adressée à la première ministre, Pauline Marois, elles réclament l'abolition du délai de prescription dont elles sont également victimes.
« Mme Marois, au nom de toutes les victimes d'abus sexuels durant leur enfance, je vous demande d'abolir le délai de prescription afin de permettre enfin à ces courageuses victimes d'obtenir justice. Les agresseurs doivent rendre des comptes et assumer leurs viles actions qui ont changé à jamais la vie de milliers d'enfants innocents », d'écrire Pierre Bolduc, porte-parole des quatre victimes âgées aujourd'hui de 52 à 62 ans.
Ce dernier demande aussi à Mme Marois d'instituer une commission d'enquête pour faire la lumière sur les agressions sexuelles commises sur les enfants par les membres du clergé et d'autres institutions au cours des dernières décennies.
Texte complet dans La Tribune de mercredi.
Abonnement à la version électronique: