Xavier Roucou

Protéines alternatives: percée majeure à l'UdeS

Quelque 80 000 protéines jusqu'ici passées sous le radar, appelées protéines alternatives, ont été découvertes par une équipe de l'Université de Sherbrooke. La découverte de l'équipe du professeur Xavier Roucou se retrouve parmi les 10 découvertes de l'année de Québec Science.
En plus de remettre en question des connaissances dans ce domaine, cette avancée pourrait ouvrir une voie dans la compréhension de certaines maladies neurodégénératives. On pense notamment à des maladies comme Creutzfeldt-Jakob ou encore l'ataxie spinocérébelleuse de type 1.
Les protéines servent au fonctionnement cellulaire. «Quand elles ne fonctionnent pas bien, cela provoque des maladies», vulgarise le professeur Roucou.
Comment se fait-il que ces protéines alternatives, au nombre de 80 000 chez l'humain, aient pu passer inaperçues? «On avait des indices chez les organismes inférieurs, comme les bactéries et les virus, mais chez les organismes plus complexes, comme les mammifères, on ne le savait pas», explique d'entrée de jeu M. Roucou, professeur à la faculté de médecine et des sciences de la santé (FMSS) de l'UdeS. Texte complet dans La Tribune de mardi.
Abonnement à la version électronique: