Alain Rayes

Projet de loi 10: le torchon brûle entre Rayes et Barrette

Dans la catégorie « À ne pas inviter à la même soirée », on retrouve le maire de Victoriaville, Alain Rayes, et le ministre de la Santé, Gaétan Barrette. Pourtant peu habitué à l'arène, le représentant victoriavillois s'est transformé en véritable guerrier depuis que le Centre-du-Québec a été négligé par le projet de loi 10 sur la restructuration du système de santé.
M. Rayes a fait état des investissements réalisés à Victoriaville à grands coups de campagnes de financement privées, il a également mis en lumière les initiatives qui ont vu le jour dans la région afin de favoriser la pratique d'activités physiques. Il a aussi dirigé un jab vers le colosse libéral en faisant de « santé urbaine » le nouveau leitmotiv de la municipalité.
« Pendant que je m'obstine avec le Dr Barrette, on prend les choses en main afin de contribuer à la santé de nos gens, a-t-il lancé devant les membres de la Chambre de commerce et d'industrie Bois-Francs-Érable. Le concept de santé urbaine est ce que l'on veut projeter comme image ».
Concernant les démarches visant à convaincre le gouvernement de la pertinence d'aménager un Centre intégré de santé et de services sociaux au Centre-du-Québec, M. Rayes et son semblable de Drummondville, Alexandre Cusson, ont décidé d'abandonner les pourparlers avec le Dr Barrette et espèrent rencontrer le premier ministre, Philippe Couillard, prochainement.
« Nous pouvons avoir des opinions divergentes, mais je crois que les membres du gouvernement se doivent tout de même d'avoir du respect pour leurs interlocuteurs et ça, nous n'en avons pas senti. C'est une grande déception. Les chances ne sont pas très élevées pour qu'on obtienne gain de cause, mais espérons que le premier ministre sera plus sensé », résume Alain Rayes.