Bernard Sévigny

Plus de pouvoir aux municipalités

Bernard Sévigny dresse un bilan positif du Sommet sur le milieu municipal qui avait lieu vendredi à Québec. De passage pendant la journée, les chefs de parti Pauline Marois, Philippe Couillard et François Legault se sont engagés à reconnaître plus de pouvoirs aux municipalités. Un engagement qui fait plaisir au maire de Sherbrooke.
Rappelons qu'en début de semaine, les maires des grandes villes du Québec ont parlé d'une seule voix pour porter ensemble les deux grands enjeux municipaux dans la campagne électorale provinciale : le problème des fonds de retraite et la question des infrastructures. Campagne électorale oblige, les chefs de parti n'ont eu d'autres choix que de prendre des engagements clairs lors de leur présence au Sommet.
Concernant l'épineux dossier des fonds de pension, chaque candidat y est allé d'une proposition différente. Pauline Marois s'est engagée à déposer le projet de loi élaboré à ce sujet avant la campagne électorale, puis mort au feuilleton à cause du déclenchement des élections. Puis, elle désire mettre sur pied une commission parlementaire rapidement afin que la loi soit en vigueur dès le mois de mai ou de juin.
De leur côté, François Legault propose de donner aux municipalités le pouvoir d'imposer les conditions de travail des employés et Phillipe Couillard s'est engagé à faire appel à un arbitre afin d'assurer l'avancement de ce dossier.
Ces promesses ont ravi le maire Sévigny. «D'habitude, quand les chefs viennent au congrès annuel de l'Union des municipalités du Québec, leurs discours sont assez généraux. Mais là, ils ont pris des engagements très précis. Ils ont été forcés de se commettre. Ils ont reconnu le problème des fonds de retraite et la difficulté de le régler», explique-t-il.
Autres engagements
Pauline Marois s'est engagée à vouloir inclure dans la prochaine Entente Québec-Municipalités de nouvelles sources de revenu alors que Phillipe Couillard a assuré qu'il réformerait la fiscalité municipale sur la base d'un partage des retombées fiscales de la croissance économique.
«Pour ce qui est des infrastructures, les engagements n'ont pas été aussi clairs. Mais ce qu'il faut retenir de cette journée est la démonstration d'un monde municipal uni, qui fait front commun, et qui oblige le gouvernement à prendre des décisions concrètes», s'est réjoui Bernard Sévigny.
Outre M. Sévigny, les élus Chantale L'Espérance, Annie Godbout, Julien Lachance, Christine Ouellet et Kathleen Gélinas ont pris part au Sommet. Leur présence était une initiative personnelle.