Pas encore cette année !

Il y a du verglas sur le radar des météorologues. N'allez surtout pas dire aux sinistrés de l'an dernier qu'ils pourraient  vivre un deuxième Noël sans électricité. Se chauffer aux chandelles et aux brûleurs à fondue, une fois c'est ben assez.
Quarante milles foyers estriens étaient privés de courant à pareille date l'an dernier, dont 12 000 sur le réseau d'Hydro-Sherbrooke.  Pour certains, l'attente a duré une semaine. Retour sur ce Noël peu singulier.
À lire dans La Tribune de mardi.