Pas d'intérêt pour des bars ouverts jusqu'à 6h, selon Paquin

Les tenanciers de bars sherbrookois n'ont pas interpellé les élus pour étendre leurs heures d'ouverture. Si un projet-pilote permettra à 19 bars de Montréal de demeurer ouverts jusqu'à 6 h du matin, du 12 juin au 5 juillet, le conseiller du district Centre-Sud et président du comité exécutif Serge Paquin raconte ne pas avoir été contacté à ce sujet.
<p>Serge Paquin</p>
« Je ne verrais pas l'intérêt de la Ville de Sherbrooke d'imiter Montréal dans le cadre d'une expérience comme celle-là. Les inconvénients l'emporteraient largement sur les avantages. Il y aurait perturbation des heures de tranquillité publique. On compterait probablement plus d'incidents à la fermeture des bars, sans compter que cette mesure entraînerait la surconsommation », fait valoir M. Paquin.
Et s'il était question de repousser l'heure de fermeture uniquement lors d'événements majeurs ou de festivals au centre-ville? « Je n'y crois pas non plus. Il y a moyen de fêter largement dans les heures permises. Je ne prédis d'ailleurs pas beaucoup de succès à l'expérience de Montréal. À mon avis, nous ne lèverions pas la main pour nous porter volontaires pour une expérience du genre. »
Rappelons que le projet-pilote de Montréal sera circonscrit dans deux secteurs de la ville. Il sera mené en collaboration avec le Service de police de la Ville de Montréal. Un comité « aviseur » sera pour sa part chargé de surveiller les impacts sur la vie des résidants.
Serge Paquin affirme qu'il suivra quand même avec intérêt les résultats de ce projet. « Étant donné qu'il sera limité à deux secteurs de la ville, les fêtards pourraient se concentrer à ces endroits, ce qui n'est pas nécessairement bon pour les autres secteurs... »