Papa, ta liberté, on va la flageller ?

La liberté d'expression a été sauvagement attaquée en France, une atteinte vigoureusement condamnée ici comme ailleurs dans le monde. L'exercice de ce même droit fondamental est puni de coups de fouet en Arabie Saoudite, un châtiment qu'encaissera Raif Badawi dont l'épouse et les trois enfants vivent à Sherbrooke.
On fait quoi ? Faut-il mourir en martyr au bout de son sang pour que les valeurs sacrées soient défendues avec conviction ? Au moins, la cloche vient de sonner à l'hôtel de ville.
À lire dans La Tribune de vendredi.