On parle de défusion aussi à Lennoxville

Le projet de réforme de la gouvernance municipale proposé par le maire de Sherbrooke Bernard Sévigny a peut-être réveillé une bête qui s'était tapie depuis plus de 10 ans à Lennoxville, alors qu'une possible défusion revient de plus en plus souvent au coeur des discussions.
<p>David Price</p>
« Il y a des gens qui m'en parlent », confirme sans ambages David Price.
« En fait, les gens n'ont jamais arrêté d'en parler depuis la fusion, continue le président de l'arrondissement de Lennoxville. Il y a beaucoup de gens ici qui ne voulaient pas faire partie de la ville de Sherbrooke et le projet de centralisation des services du maire fait juste renforcer ce qu'ils ont toujours dit à l'effet que, lentement, Sherbrooke va enlever nos points de services et détruire les arrondissements morceau par morceau. »
Selon M. Price, les citoyens de son arrondissement n'ont pas l'impression que leur statut bilingue pourra les aider encore très longtemps.
« Quand ils voient ce qui arrive à Brompton, ils ont l'impression que c'est seulement le statut bilingue qui les sauve pour l'instant. Ils craignent que l'arrondissement ne devienne qu'une coquille vide et que la même chose arrive ici. »
Quant au sérieux à accorder à ces rumeurs de défusion, elles ne seraient pas à négliger au dire du conseiller municipal.
« Ça va bien pour le moment, mais il ne faut pas perdre plus de services. Si on continue à perdre des services, c'est certain qu'il faudra les (ndlr : rumeurs de défusion) prendre au sérieux. »
À cet effet, il rejoint l'idée du conseiller d'arrondissement de Brompton Benoit Dionne qui a proposé vendredi que les quatre grands arrondissements de Sherbrooke se fusionnent s'ils le désirent et de garder intactes les structures de Lennoxville et de Brompton.
« C'est un peu comme il a dit, c'est leur choix. S'ils veulent se centraliser, qu'ils le fassent, mais à Brompton et à Lennoxville, on croit beaucoup aux services locaux et à l'engagement des citoyens », termine M. Price.
Le Renouveau sherbrookois en mode écoute
Appelé à se prononcer sur le fait que de plus en plus de gens semblent vouloir revenir à la proposition qu'il avait soumise en 2012, Serge Paquin ne s'est pas montré étonné que les gens s'y réfèrent, puisque son parti le fait largement aussi dans sa nouvelle proposition.
En outre, s'il ne veut pas élaborer à propos des diverses propositions qui ont été avancées ces dernières semaines, il convient toutefois que le Renouveau sherbrookois est en mode écoute.
« On est en mode écoute. Que les gens indiquent leur préférence, il n'y a pas de problème, mais je ne vais pas commenter les mérites des différentes propositions. Lors des consultations de mardi et mercredi, on aura l'occasion d'en entendre d'autres et on verra comment on se positionne », conclut Serge Paquin.
Les citoyens qui le désiraient avaient jusqu'à vendredi pour soumettre un mémoire à propos de la réforme de la gouvernance. Au total, 12 mémoires ont ainsi été déposés. Les porte-parole pourront se faire entendre lors des consultations prévues mardi et mercredi à l'Hôtellerie Le Boulevard à compter de 19 h. Parmi ceux-ci, notons, en plus du groupe Contre la disparition de Brompton, le candidat à la mairie défait lors des dernières élections, Denis Pellerin, le mouvement Sherbrooke Démocratie ainsi que l'Association des résidents de Lennoxville.