Mulhouse comme au Québec

Mulhouse! C'est le nom de la ville mystère qu'il y avait dans l'enveloppe qui m'attendait à l'aéroport juste avant de décoller pour la France, mercredi. Le défi France festive lancé à huit blogueurs canadiens, dont moi, a bel et bien commencé. Pendant que les autres se dirigeaient à Nantes, Bordeaux et Bayonne, moi je n'étais pas trop dépaysé.
D'abord, parce que j'ai été jumelé à un blogueur anglophone. Si on lit sur son permis de conduire qu'il vit à Toronto, Gregory George est en réalité originaire de Lennoxville, maintenant un arrondissement de Sherbrooke. Nous formons donc l'équipe de l'Estrie.
Ensuite, parce qu'il y a plusieurs similitudes entre Mulhouse et le Québec, et même Sherbrooke. Il y a la Tour de l'Europe, un complexe d'appartements qui comportait autrefois un restaurant tournant à son sommet. Une copie presque conforme de l'ancien Concorde de Québec.
L'art mural est très présent également dans cette ville d'Alsace qui compte presque 110 000 habitants. Pas des trompe-l'oeil comme à Sherbrooke, mais une diversité vraiment intéressante. D'ailleurs, en matière de diversité, on retrouve plus d'une centaine de nationalités chez les habitants de Mulhouse, une ville accueillant beaucoup d'immigrants, comme Sherbrooke.
Après avoir pris plus d'une heure et demie de retard dans le TGV vers Mulhouse, à cause d'un «accident de personne», nous avons relevé avec difficulté notre défi de trouver un kougelhopft. Un quoi? Ben c'est ça. Merci Google! Il s'agit d'une espèce de gâteau d'Alsace. Après la visite de trois pâtisseries, on nous a dit qu'il était trop tard en journée pour en trouver. Nous avons acheté le dernier encore en vente dans le dernier commerce visité. Ouf!
De là, nous avons eu droit à une visite avec des Greeters, des bénévoles qui font découvrir avec plaisir les incontournables de leur ville. Étrangement, Sherbrooke a été la première ville à mettre en place un réseau de Greeters au Québec et elle s'est inspirée... de Mulhouse. Non mais je me sens presque à la maison.
Enfin, bonne nouvelle, je n'ai encore mis le feu dans aucune cuisine...
Notre journaliste a été invité par Atout France. Suivez-le en direct sur les médias sociaux et au jonathancusteau.com