L'an dernier, une crise de financement avait soulevé un mouvement en faveur de la survie du service de Monchénou.

Monchénou annonce l'interruption «majeure et immédiate» de services

Rien ne va plus au centre d'hébergement Monchénou de Sherbrooke qui se voit dans l'obligation de mettre fin à certains services de son offre.
L'organisation de la maison de répit pour personnes handicapées en est venue à cette décision devant son «incapacité» à obtenir des décideurs de l'Agence de la santé et des services sociaux de l'Estrie) et du gouvernement des ressources financières adéquates.
Dans un communiqué diffusé aux médias, la direction annonce l'interruption «majeure et immédiate» de ses services d'hébergement-répit. On va aussi diminuer la capacité d'accueil et réduire certains groupes des services de jour.
Ces mesures forcent du même coup des mises à pied dans le personnel de l'établissement, ajoute-t-on, sans préciser le nombre de travailleurs touchés.
La direction assure avoir pris tous les moyens pour éviter d'en venir à ces mesures qui ont pris effet mardi.
On s'indigne aussi d'une offre d'aide de 15 000 $ offerte par l'agence estrienne pour permettre à Monchénou «d'organiser le soutien aux usagers et à leur famille». La direction considère déjà offrir ce soutien et avoir dépensé beaucoup d'énergie à le faire reconnaitre et financer.
Des membres du conseil d'administration des Résidences Monchénou se pencheront au cours des prochaines semaines sur «une restructuration majeure de l'organisation», ce qui pourrait entraîner l'abolition d'autres postes, avertit-on.
L'an dernier, une crise de financement avait secoué Monchénou et soulevé un mouvement en faveur de la survie du service, notamment de parents d'usagers.
Un point de presse est prévu vendredi après-midi à Sherbrooke pour faire le point sur la situation. Aucun commentaire n'a été formulé jeudi.