Moins de contraventions au centre-ville

La baisse du nombre de contraventions délivrées pour des stationnements fautifs au centre-ville continue de se confirmer. Depuis l'installation des bornes de stationnement, qui ont remplacé les horodateurs et les parcomètres en septembre et octobre 2011, le nombre de constats et la valeur en amendes et frais ont tous deux dégringolé de 36,5 %.
Le nombre de constats donnés par le Ville est donc passé de 18 057 en 2010 à 11 470 en 2013, selon des données compilées par la Ville à la demande de La Tribune.
Si les données recueillies pour les quatre premiers mois de 2014 se maintiennent, il s'agira toutefois de la première année où le nombre de constats sera en hausse.
Les automobilistes se seraient-ils disciplinés? Probablement un peu, avance le président du comité exécutif et conseiller du district Centre-Sud, Serge Paquin. «Certainement que la nouvelle technologie qui facilite le paiement contribue à la diminution du nombre de constats. Il n'est plus nécessaire de retourner à la voiture pour ajouter de l'argent. On peut payer à n'importe quelle borne.»
Le conseiller municipal ne croit pas qu'une baisse d'achalandage du centre-ville soit à la source de ces données. Rappelons que les commerçants du centre-ville ont connu une année plus difficile en 2013, une baisse de consommation qui a toutefois été observée partout au Québec. «Un des indicateurs les plus fiables de la présence des citoyens au centre-ville, c'est de regarder les résultats de la Maison du cinéma et du Théâtre Granada. Ils se montrent tous les deux très satisfaits de leur fréquentation.»
La fréquence des vérifications par l'entreprise Garda, responsable des contraventions, n'a pas été réduite non plus.
Serge Paquin tente par ailleurs l'explication de l'abolition de l'heure de stationnement gratuite. «Il y avait des gens qui ne prenaient pas de billet en se disant qu'ils en avaient pour moins d'une heure... mais il fallait placer un billet sur le tableau de bord quand même. Ça entraînait un certain nombre de contraventions.»
En termes de revenus, les sommes recueillies pour les amendes et frais ont aussi chuté. Si ce sont 15 411 $ de moins qui ont abouti dans les coffres de la Ville l'an dernier, ce sont plus de 164 000 $ en moins en comparaison avec les données de 2010.
«Est-ce que les provisions budgétaires prévoyaient une baisse aussi importante? Je ne crois pas. Mais nous ne nous réjouissons jamais des malheurs des citoyens de toute façon», commente Serge Paquin, content de voir les réprimandes être moins nombreuses.