Les propriétaires du restaurant Miss Salade, situé sur la rue Wellington Nord, on décidé de fermer boutique en raison, notamment, du manque de diversité dans le milieu des affaires du centre-ville de Sherbrooke.

Miss Salade quitte Sherbrooke

Cinq ans après avoir opté pour le centre-ville de Sherbrooke, le restaurant Miss Salade a fermé ses portes en espérant s'installer dans une plus grande ville.
Les propriétaires Jean-Luc Barat et Christine Pulido ont en effet perdu confiance face au potentiel commercial du centre-ville de Sherbrooke.
«Pour notre commerce, le centre-ville ne répondait plus à nos attentes. Même si notre chiffre d'affaires a constamment été en progression, on s'attendait à mieux», explique M. Barat.
Selon lui, le centre-ville compterait trop de restaurants et pas assez de commerces en tous genres.
«Je pense qu'il n'a plus de place pour les restaurants. La rue Wellington devrait accueillir plus de commerces de vêtements prêt-à-porter par exemple. On serait en droit de s'attendre à une offre commerciale plus variée», souligne le copropriétaire de Miss Salade.
Jean-Luc Barat avoue toutefois qu'un événement bien précis n'ayant rien à voir avec la prospérité du centre-ville l'a convaincu de quitter Sherbrooke il y a un mois.
«On souhaitait obtenir un espace au Carrefour de l'Estrie, mais nous n'avons pas réussi à lancer une deuxième succursale à Sherbrooke dans ce centre commercial. Notre départ de la rue Wellington Nord est aussi en quelque sorte lié à cette déception. On tentera notre coup probablement à Montréal. Notre expérience à Sherbrooke a été très enrichissante. On s'est beaucoup améliorés en cinq ans et on était prêts pour un nouveau défi qui pourrait s'avérer plus rentable», termine le restaurateur.
Un roulement normal
Selon Gilles Marcoux, directeur général de la Corporation du centre-ville de Sherbrooke, jamais il n'a été aussi difficile de trouver des locaux disponibles sur Wellington Nord aux entreprises intéressées à s'y installer.
«Il y a un roulement important, mais normal, estime-t-il. On commence à se gratter la tête lorsque vient le moment de trouver des locaux disponibles. Certaines entreprises ont fermé leurs portes, mais d'autres n'attendent qu'à prendre leur place!»
Pensons notamment au nouveau resto-bar O Chevreuil qui ouvrira en mars dans les anciens locaux de Choco-là et de Glorius sur la rue Wellington Nord. Ou bien encore au nouveau centre de yoga qui s'installe dans l'ancien centre de golf virtuel.
Un magasin de jeux remplacera aussi le centre de beauté Atmopshère. Sans parler d'une boutique de vêtements qui pourrait céder sa place à une nouvelle boutique du même genre.
«Le taux de location augmente, tout comme les coûts. On connaît surtout un problème de transfert d'entreprises en fait. Le processus demeure très complexe. On vise toujours à offrir une belle variété aux consommateurs. Le succès de l'endroit réside dans l'équilibre. Et le secret le mieux gardé en ville est maintenant la rue Wellington Sud. Il n'y a pas de meilleur moment qu'aujourd'hui pour acheter dans ce secteur!» considère Gilles Marcoux.