Geneviève Drapeau est entourée de son époux Réjean Labbé et de ses enfants Vincent, trois ans, Marie-Anne, sept ans, Jean-François, 10 ans, Frédéric, 10 ans, Judith, 14 ans.

Mère de cinq enfants et combattante contre un violent cancer

Geneviève Drapeau a rencontré l'amour de sa vie dès l'adolescence. À 20 ans, elle épousait son prince charmant. Peu après, ils devenaient les parents d'une première fille. Quatre autres enfants se sont ajoutés au cours des années suivantes. Un violent orage a pourtant éclaté en 2012.« J'ai reçu un diagnostic de cancer de la peau. C'était un mélanome de stade 3 avec des métastases aux ganglions. »
Peut-on s'effondrer quand on est une jeune maman de 35 ans avec cinq enfants de moins de 14 ans? Que non! « J'ai beaucoup pleuré au début, mais pas devant mes enfants. Quand je m'arrête pour y penser, c'est certain que c'est une situation tragique. Mais ce n'est pas pour moi que ça me fait de la peine. C'est pour mes enfants... » soutient-elle.
« Mais il n'est pas question que je passe mon temps à pleurer. On fait tout ce qu'on peut pour que nos enfants aient une vie normale, et on y parvient assez bien. »
Geneviève Drapeau et son époux Réjean Labbé trouvent du réconfort dans l'humour et dans leur foi. Et c'est une chance, car la maladie, coriace, laisse fort peu de répit.
En effet, malgré les traitements, la situation a dégénéré depuis l'annonce du diagnostic. Les métastases ont maintenant atteint les os, le cerveau, les poumons... Il y a un an presque jour pour jour, Mme Drapeau a passé 17 longues journées dans le coma, sa survie étant bien incertaine. Son mari a été à son chevet à tous les instants. Geneviève Drapeau a remonté la pente. Elle n'était pas prête à perdre son combat.
« La maladie, c'est vraiment pas l'fun... mais ça nous fait réaliser et apprécier combien les gens nous aiment. »
Un nouveau médicament est venu à la rescousse l'été dernier. En effet, depuis le mois d'août, la jeune mère de famille prend des comprimés de chimiothérapie matins et soirs. Elle a été la première patiente à utiliser ce médicament au Canada, puisqu'il a été approuvé par Santé Canada quelques semaines seulement avant qu'elle ne commence à l'utiliser. Et les comprimés font leur petit miracle en attaquant directement le gène de son cancer.
Aujourd'hui, Geneviève Drapeau se porte plutôt bien malgré ce cancer qui vit toujours en elle. Elle rayonne. Et pourtant... N'aurait-elle pas de si bonnes raisons de se plaindre?
« Mon médecin m'a dit que le moral est très important dans la bataille contre le cancer et que les miracles existent, qu'elle en a déjà vus », souffle Mme Drapeau.
Pour profiter de tous ces moments de vie, pour ne pas s'épuiser et passer de longs moments à dormir alors que ses enfants sont à côté d'elle, Geneviève Drapeau a accepté toute l'aide qui lui était offerte. Celle de sa mère, celle de son mari, celle de ses proches, mais aussi celle de la Rose des vents de l'Estrie, un organisme qui a pour mission de venir en aide aux gens qui souffrent du cancer dans toutes les phases de leur maladie.
« Depuis un an, nous avons la chance d'avoir une auxiliaire familiale qui vient chez nous deux fois par semaine pendant trois heures. Elle fait des repas et des collations et plie des vêtements. Elle fait aussi quelques commissions au besoin. C'est vraiment très utile comme service parce que je ne peux pas me permettre de faire grand-chose dans la maison... Si je bouge trop, j'en ai pour au moins deux jours à le ressentir ensuite », fait savoir Mme Drapeau.
La Rose des vents de l'Estrie sera en campagne de financement du 21 au 23 mars, alors que des roses vertes seront mises en vente dans 14 points de chute différents à Sherbrooke. Certes, il est important pour l'organisme d'amasser des fonds, mais la Rose des vents souhaite aussi profiter de l'occasion pour se faire connaître du grand public. « Nous souhaitons que les gens aient le réflexe de nous téléphoner dès qu'ils reçoivent un diagnostic de cancer », explique Martine Veilleux, la directrice de l'organisme.