Le ministre de l'Environnement Yves-François Blanchet et la candidate du Parti québécois dans Lac-Mégantic Isabelle Hallé.

Mégantic : voter PQ pour «maintenir une fluidité»

Le ministre de l'Environnement Yves-François Blanchet a demandé lundi aux citoyens de la circonscription de Mégantic de voter pour le Parti québécois question entre autres d'assurer une fluidité dans le dossier de la reconstruction et de la décontamination du centre-ville de Lac-Mégantic.
«On a un travail à compléter, a-t-il lancé. [...] Prendre la responsabilité collective d'aider la communauté à se reconstruire, c'est ça le mandat que notre gouvernement souhaite continuer d'assurer.»
Mais est-ce qu'un changement de gouvernement pourrait faire en sorte de retarder les travaux de décontamination?
«Non, ces travaux sont donnés par appels d'offres et sont en cours. Il n'y a pas de délais imaginables. On a toutefois un enjeu de vision d'avenir et de philosophie sur la façon de gérer ce type de situation», se limite-t-il à dire.
De forts liens à conserver
Présent à East Angus dans le but d'appuyer la candidature de la Méganticoise Isabelle Hallé, Blanchet a rappelé que les liens entre la Municipalité de Lac-Mégantic et son gouvernement demeurent forts.
«Je n'irai pas jusqu'à vous dire que la continuité n'est pas souhaitable. Elle l'est pour de simples enjeux de fluidité et parce qu'on a déjà mérité la confiance des gens qui ont vu notre gouvernement à l'oeuvre. Mais je n'irai pas plus loin en termes de partisanerie!» a-t-il soutenu.
«Il y a des êtres humains qui ont été portés par la compassion, a rappelé Blanchet. Je n'ai jamais eu le début d'une considération partisane dans la gestion de ce dossier. Il serait totalement inadmissible de politiser, sur une base partisane, un événement de ce type-là. Les gens de Lac-Mégantic feront des choix quant à la vision de leur développement futur et devront s'identifier à la proposition d'un parti.»
Yves-François Blanchet souhaite évidemment garder les rênes en ce qui concerne le nettoyage du centre-ville.
«Si la première ministre me demande de poursuivre le dossier puisque j'en ai une connaissance intime, ainsi soit-il. Si elle décide de le confier à quelqu'un d'autre, cette personne aura toute ma collaboration.»
D'ailleurs, qu'en est-il des avancements des travaux de décontamination?
«Nous sommes à l'intérieur des délais de planification. On suit le plan. On respecte l'échéancier. En mars, l'excavation sera complétée. Ensuite, on poursuivra la décontamination des sols et une décision devra être prise en ce qui concerne l'usage des lieux», a affirmé le ministre tout en soulignant les efforts remarquables des travailleurs, des entreprises et des experts du ministère de l'Environnement.
«Même si on avait été parfaits, on aurait voulu encore mieux gérer pour que ça fasse le moins de dommage possible», a-t-il conclu.