Maude Lallier

Maude Lallier, une collaboratrice « qui a séduit tout le monde»

La Fondation du Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CHUS) a perdu une amie, une fidèle alliée, une ambassadrice, une collaboratrice « qui a séduit tout le monde grâce à sa joie de vivre ».
<p>Maude Lallier et Charles Auger</p>
Les mots sont difficiles à trouver pour décrire Maude Lallier, cette combattante de 24 ans qui a fait connaître son combat quotidien contre le cancer grâce aux médias sociaux et qui s'est éteinte dimanche.
« Maude avait amené l'humanisme à un niveau supérieur. C'est difficile de l'imaginer tant qu'on ne l'a pas connue. Je ne sais pas si je reverrai quelqu'un comme elle un jour », lance Charles Auger, directeur général de la Fondation du CHUS.
La jeune femme, qui avait choisi de mordre dans la vie plutôt que de subir la maladie, « était la joie de vivre sur deux jambes », image Charles Auger.
Déterminée à donner au suivant, à aider tous ceux qui étaient à la recherche de la guérison, Maude Lallier a lancé en 2013 une collecte de fonds destinés à la Fondation du CHUS. Ses diverses activités-bénéfices et un cocktail avaient permis de remettre 50 000 $ à l'hôpital qui lui a prodigué des soins. Elle avait notamment vendu des bracelets roses où était inscrit « Fight like Maude ».
« Maude était comme ça! Elle n'était jamais en train de penser à elle, elle voulait aider les autres », lance celui qui n'a pas accordé l'entrevue en tant que directeur général, mais « en tant qu'être humain qui a rencontré un bel être humain ».
Une mort surprenante
La mort de la jeune battante a surpris tous ses proches, dont ses parents qui ont émis le souhait de vivre leur deuil en famille.
Une enquête du coroner sera menée pour déterminer les causes de la mort de la jeune femme.
« Malgré quelques petits ennuis de santé, Maude venait tout juste de reprendre sa vie active en main en menant de front plusieurs projets. Voilà pourquoi son décès est si incompréhensible et surprenant », explique Hélène Deslauriers, une amie très proche de la famille et qui a elle-même perdu son fils Félix Deslauriers-Hallée à la suite d'un cancer.
Dans l'un de ses derniers articles sur son blogue, le 5 mars, celle qui se disait « en quête d'accomplir ses rêves » écrivait qu'elle souffrait d'un mal de gorge.
« Toux sèche, maux de gorge, mucus pris dans la gorge puis finalement une extinction de voix. Depuis hier soir j'ai perdu l'usage de ma voix et ça me frustre! Ça me frustre parce que n'importe quelle personne qui écope d'une extinction de voix ne se fait pas regarder comme moi. Je ne suis pas juste une fille qui vient de perdre temporairement la voix. Je suis la fille qui a eu le cancer et qui a des complications de santé (ÉVIDEMMENT) qui viennent par la suite, car son système a tellement été affaibli... Dude, NON! Je ne suis pas cette fille-là! »
Des réactions sur les médias sociaux
Vicki May Hamm
Je suis bouleversée depuis que j'ai appris la nouvelle ce matin. Toute mes sympathies à la famille et aux proches. Maude a été notre porte parole pour la clinique de sang de la municipalité et porte parole pour la société du cancer dans laquelle je m'implique....
Hugo Girard:
J'ai eu la chance de rencontrer Maude lors d'une soirée bénéfice et son témoignage a laisser sur moi une empreinte , par son amour de la vie , sa détermination, sa sensibilité, sa sagesse et surtout cette force de caractère qui m'inspire encore aujourd'hui. Tu faisait de ce monde un monde meilleur . Mes sympathies à la famille 
Dominic Arpin:
Tu étais tellement radieuse. Ton sourire illuminait tout sur son passage. Je me souviendrai toujours de ton discours inspirant et spontané lors du Sommet des relais pour la vie l'automne dernier. Tu avais ce don de communiquer avec passion et fougue, d'inspirer ceux et celles qui avaient le bonheur de te croiser. Tu vas nous manquer. Beaucoup. Mes sympathies à la famille et les proches de Maude. La Société canadienne du cancer perd une formidable ambassadrice.