Martin Cauchon: «Au jour un d'une nouvelle vie» (photos)

«La Tribune et les autres journaux de notre groupe sont au jour un d'une nouvelle vie. Nous sommes devenus le troisième groupe de presse au Québec et nous nous spécialisons dans l'information régionale.»
<p>Martin Cauchon</p>
Le nouveau propriétaire de La Tribune et des autres quotidiens du Groupe Capitales Médias, Martin Cauchon, était à Sherbrooke lundi matin. Dans son adresse aux artisans du journal de la rue Roy, il s'est non seulement montré rassurant pour le présent, mais aussi confiant en l'avenir avec un discours axé sur le développement et le changement du plan d'affaires.
Les six journaux du groupe ont maintenant davantage les coudées franches depuis qu'ils ne font plus partie du groupe Gesca, a-t-il tenu à dire. «La dernière fois que je suis venu ici, c'était pour répondre à des questions à l'occasion d'une table éditoriale», s'est rappelé l'ancien ministre fédéral. «J'étais pas mal plus nerveux.»
«Il a fallu cinq mois pour conclure la transaction. J'en suis très fier. Pour moi, cette aventure, c'est retrouver ce que j'ai fait dans le passé et utiliser ce que je suis devenu. Je suis né en région, non loin de La Malbaie. Durant ma carrière politique, j'ai beaucoup côtoyé les médias. Quand je crois en quelque chose, je me bats jusqu'au bout.»
La semaine dernière, M. Cauchon a annoncé qu'il s'était porté acquéreur des six quotidiens régionaux de Gesca soit, Le Soleil de Québec, Le Nouvelliste de Trois-Rivières, Le Droit de Gatineau, La Tribune de Sherbrooke, Le Quotidien de Saguenay et La Voix de l'Est de Granby. Depuis, la nouvelle a fait grand bruit à travers le Québec.
Monté sur un des bureaux de la salle de rédaction, Martin Cauchon a expliqué comment son groupe entend explorer plusieurs avenues pour faire rayonner ses quotidiens. Le modèle d'affaires pourrait être «hybride» dans le sens où les éditions papier seront maintenues encore plusieurs années, mais aussi que le groupe examinera de nouvelles possibilités, notamment du côté de la tablette électronique et des téléphones mobiles.
Il existe des technologies peu dispendieuses permettant de publier des éditions électroniques, un peu à l'image de celle de La Presse +.
«Nous pouvons attendre un peu. Nous avons un peu de temps. Plus on attend, plus la technologie avance. Ça ouvre la porte à de nouvelles possibilités pour notre groupe», lance-t-il devant les employés du journal nombreux à écouter son discours au milieu des installations de La Tribune.
«Il faudra se relever les manches. Je ne dis pas que ça sera facile. Mais La Tribune est un journal exceptionnel de belle qualité. Partout où je vais, je dis que je suis fier de faire partie de cette grande équipe. Pour nous, il n'y a plus de frontières. S'il y a un modèle intéressant ailleurs au Canada, aux États-Unis ou en Europe, nous allons y aller pour voir si c'est intéressant pour nous.»
M. Cauchon était accompagné de Claude Gagnon, président-directeur général du groupe. Ce dernier n'a pas manqué de dire comment depuis l'annonce de la transaction des offres ont été formulées de l'extérieur afin de tisser des liens avec le nouveau groupe.
De plus, il s'est montré rassurant quant à l'utilisation à venir des presses du journal, les fonds de pension des employés et le renouvellement des conventions collectives. 
«Nous avons sécurisé les fonds de pension, sinon, nous n'aurions pas embarqué là-dedans», dit-il. Le groupe est rentable.»
«Au chapitre du financement, disons que des institutions financières sont prêtes à prêter pour ce type de transaction. Le groupe est devenu plus intéressant une fois détaché de Gesca.»