Marijuana à l'hôpital: une tolérance «extrêmement localisée»

Il est encore bien loin le jour où des patients pourront consommer en toute sérénité du cannabis à des fins médicales dans les hôpitaux. Malgré les prescriptions qui se font de plus en plus nombreuses à travers le pays, les préjugés restent nombreux envers ceux qui recourent à cette substance.
<p>José Dominguez</p>
José Dominguez est membre depuis 10 ans du Programme d'accès à la marijuana à des fins médicales de Santé Canada, comme patient et comme producteur. Le cas de Charles Bury, un patient hospitalisé aux soins intensifs au CHUS qui consomme du cannabis à des fins médicales dans sa chambre, ne lui a évidemment pas échappé.
« C'est une tolérance qui est extrêmement localisée, parce qu'il y a encore beaucoup de stigmates », précise toutefois M. Dominguez. Quand lui-même rencontre un spécialiste de la santé, il ne mentionne pas d'emblée sa consommation.
« Je me suis déjà fait refuser de traitement, même si la marijuana m'a été prescrite par un neurologue », dit-il.
Texte complet dans La Tribune de lundi.
Abonnement à la version électronique: