Environ 300 manifestants ont pris part samedi au rassemblement contre la pétrolisation du Québec organisé par les étudiants du cours Le citoyen face au défi environnemental du Cégep de Sherbrooke.

Manifestation contre la pétrolisation du Québec à Sherbrooke

Réunir 10 000 personnes à Sherbrooke pour manifester contre la pétrolisation du Québec aura de toute évidence été un défi trop ambitieux. Ce sont finalement environ 300 manifestants qui ont pris part au rassemblement organisé samedi par les étudiants du cours Le citoyen face au défi environnemental du Cégep de Sherbrooke.
<p>Georges Laracque</p>
«Je leur avais lancé l'objectif un peu en boutade, ou plutôt en défi : c'est toujours mieux viser haut que viser bas! Mais c'est déjà une réussite pour un projet étudiant, un travail de session», affirmait avant le départ de la manifestation l'enseignant Jonathan Mayer, qui donne le cours.
Plusieurs têtes d'affiche
Les étudiants auront en tout cas réussi à réunir une brochette d'invités impressionnante pour un rassemblement de cette envergure. Le hockeyeur et ex-chef adjoint du Parti vert du Canada, Georges Laracque, était du nombre. «Je participe à beaucoup d'événements de ce genre, mais des étudiants qui prennent l'initiative d'organiser une marche comme celle-là, c'est important. Il ne faut pas participer juste quand ce sont de gros mouvements, de grosses fondations. C'est le monde de demain, c'est important qu'ils se préoccupent de l'environnement», a-t-il mentionné.
<p>Mario Beaulieu</p>
Le chef du Bloc québécois, Mario Beaulieu, était également présent. «On est très fiers du projet réalisé par les étudiants du Cégep de Sherbrooke, de cette manifestation contre la pétrolisation. Le Bloc québécois, contrairement aux trois grands partis fédéralistes, a une position très claire contre le projet d'oléoduc», a-t-il déclaré. «On considère que le fait que le Québec devienne une autoroute de transport pour le pétrole des sables bitumineux nous désavantagerait économiquement et environnementalement», a-t-il poursuivi, précisant que le Bloc avait aussi participé aux manifestations de Cacouna et Sorel-Tracy.
Le chef a dénoncé les normes insuffisantes qui régissent selon lui l'industrie, et mentionnait qu'il voyait plutôt l'avenir du développement économique du Québec dans les énergies et le développement durables.
Le chef du Parti vert du Québec, Alex Tyrrell, passait aussi une partie de la journée à Sherbrooke. «C'est vraiment super une mobilisation contre le pétrole des sables bitumineux, surtout quand ce sont des jeunes qui en prennent le leadership», a-t-il dit, rappelant que son parti est «contre toute forme de transport de pétrole des sables bitumineux sur le territoire du Québec».
L'ex-député sherbrookois Serge Cardin ainsi que le slameur David Goudreault étaient aussi au nombre des invités.
«En gros, on est satisfaits de notre travail. Les gens en ont entendu parler, ils se sont informés sur les enjeux, ç'a fait du bruit», a résumé Fanny Pasquet, l'une des porte-parole des étudiants pour ce projet.
Du côté du Service de police de Sherbrooke, on confirme que la manifestation s'est déroulée sans accrocs. «Les personnes ont collaboré et bien suivi les directives de sécurité. La manifestation a duré environ une heure, et le trajet a été respecté.»